Paroisse Sainte Marie de Billère

Site officiel de la paroisse de Billère

Sous la protection de Saint Gabriel Archange


Homélie III° de Pâques BAuteur : Père Arturo

III Dimanche de Pâques – Année B

Il y a dans les lectures de ce dimanche une admirable leçon pour le profit de notre vie chrétienne. Cette leçon nous est donnée par la prédication des apôtres dans les premières communautés chrétiennes et par les paroles de Jésus qu’ils ont retenues afin de se référer toujours aux Écritures pour comprendre le sens de ce qui se passait. C’est ce que les apôtres ont fait après la Pentecôte, c’est ce que nous sommes invités à faire nous aussi.

La première lecture illustre parfaitement la nécessaire référence aux Écritures. Toute la prédication de Pierre qui nous est rapportée est remplie de ce lien entre ce qui se passe ou s’est passé et les paroles données par Dieu par les prophètes au cours de l’histoire du peuple d’Israël, le peuple avec qui Dieu a fait la première alliance.

Pierre annonce qu’une nouvelle alliance s’est conclue dans le sang versé de Jésus. « Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie, souffrirait. » Les paroles de Pierre sont très dures pour les juifs qui ont abandonné la première alliance en refusant d’en suivre l’accomplissement en Jésus, le Messie promis. « Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins. »

Aujourd'hui, l'Évangile de Luc nous présente le récit poignant des disciples d'Emmaüs. Après avoir rencontré Jésus ressuscité sur le chemin, ils reviennent à Jérusalem pour partager la bonne nouvelle avec les autres disciples. C'est là que Jésus apparaît à nouveau au milieu d'eux, apportant paix et réconfort à leurs cœurs troublés. Avec ce passage de l'Évangile, nous réfléchissons sur plusieurs aspects de notre foi et de notre relation avec le Christ ressuscité.

Tout d'abord, les disciples d'Emmaüs ne reconnaissent pas Jésus au début. Ils sont tellement absorbés par leur chagrin et leur confusion qu'ils ne réalisent pas la présence du Seigneur parmi eux. Leur cœur est bouleversé par l’image de Jésus défiguré et mort sur la croix. Combien de fois sommes-nous comme ces disciples, aveuglés par nos propres préoccupations et nos soucis quotidiens, incapables de percevoir la présence aimante de Jésus dans nos vies ? Pourtant, même lorsque nous ne le reconnaissons pas, Jésus est toujours là, marchant à nos côtés, prêt à nous révéler sa vérité et sa grâce.

Ensuite, Jésus, une fois qu'il est reconnu par les disciples, leur ouvre les yeux pour comprendre les Écritures. Il leur explique comment toutes les Écritures de l'Ancien Testament parlent de lui, de sa mort et de sa résurrection. Cela nous rappelle que la Parole de Dieu est vivante et agissante. Elle nous guide et nous éclaire sur le chemin de la foi. Combien il est important pour nous de méditer régulièrement sur les Écritures, de les étudier et de les comprendre afin de mieux connaître et aimer notre Seigneur Jésus-Christ.

Enfin, remarquons la mission que Jésus confie à ses disciples : être témoins de sa résurrection et prêcher la repentance et le pardon des péchés à toutes les nations. Cette mission n'est pas réservée seulement à ceux qui ont vu Jésus ressuscité de leurs propres yeux, mais elle est pour tous ceux qui croient en lui. Nous sommes tous appelés à être des témoins de la résurrection, à partager la bonne nouvelle de l'amour et du salut que Jésus nous offre.

Mes chers frères et sœurs, que cet Évangile nous inspire d’ouvrir nos cœurs à la présence de Jésus dans nos vies, de méditer sur sa Parole avec diligence et de répondre avec joie à l'appel à témoigner de sa résurrection. Que nous soyons des disciples fidèles et courageux, portant la lumière du Christ dans un monde qui a tant besoin d'espoir et de rédemption.


Homélie II° de Pâques BAuteur : Père Arturo

II Dimanche Pâques B - Dimanche de la Divine Miséricorde

En ce dimanche de la Miséricorde, l'Église nous invite à contempler la profondeur de l'amour de Dieu manifesté à travers son infinie miséricorde. Nous sommes appelés à méditer sur la manière dont cette miséricorde divine peut illuminer nos vies et nous guider sur le chemin de la conversion et de la sainteté. Nous sommes appelés aussi à nous plonger dans le vaste océan de l'amour et de la compassion infinis de notre Seigneur.

Dans l'Évangile de ce jour, nous entendons l'histoire émouvante de Thomas, qui, dans son doute, rencontre le Christ ressuscité et est enveloppé dans les bras aimants du Seigneur. Cette rencontre est un rappel poignant de la nature de la miséricorde divine : elle embrasse chacun de nous dans nos moments de faiblesse et de doute.

Nous avons aujourd'hui dans l’évangile deux rencontres de Jésus Ressuscité avec les siens. Saint Jean en a conservé le souvenir avec un soin précis et il raconte en détail ces deux rencontres. Il les situe dans le temps, la première, le soir de la Résurrection, et la seconde, huit jours plus tard.

À ces deux rencontres rapportées par le récit de saint Jean, s'ajoute dans la première lecture tirée des Actes des Apôtres une autre rencontre avec Jésus dans la communauté chrétienne de Jérusalem des années plus tard. Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous entendons l'histoire de l'apparition du Christ ressuscité aux apôtres, où il leur offre la paix et le don de l'Esprit Saint. Thomas, qui n'était pas présent lors de cette première rencontre, exprime son incrédulité. Mais lorsque le Christ se révèle à lui, il tombe à genoux et proclame: "Mon Seigneur et mon Dieu !". Cette confession de foi est le fruit de la miséricorde divine qui touche le cœur même de celui qui doute.

La miséricorde divine est un refuge pour les pécheurs, un baume pour les cœurs brisés et une source de réconfort pour ceux qui souffrent. Elle est la manifestation la plus pure de l'amour inconditionnel de Dieu pour chacun de ses enfants. Le psalmiste proclame : "Sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent". C'est une promesse que nous pouvons tous garder dans nos cœurs : peu importe nos erreurs, nos péchés ou nos luttes, la miséricorde de Dieu est toujours disponible pour nous accueillir.

La miséricorde divine n'est pas réservée à ceux qui sont dignes ou parfaits, mais elle est offerte à tous, sans exception. Elle est une lumière dans nos moments les plus sombres, une source d'espoir lorsque nous sommes perdus et une main tendue lorsque nous trébuchons sur le chemin de la vie. C'est là la quintessence de la miséricorde divine: un amour qui nous est offert librement, même lorsque nous ne le méritons pas. La miséricorde divine est l’amour infini de Dieu qui console, qui pardonne et qui donne l’espérance.

Nous, nous sommes appelés à imiter le Christ en devenant des instruments de sa miséricorde dans le monde. Nous sommes appelés à tendre la main à ceux qui souffrent, à pardonner à ceux qui nous ont blessés et à être des agents de réconciliation et de paix. Comme le dit le pape Jean-Paul II dans son encyclique "Dives in Misericordia": "La miséricorde est la forme la plus élevée de la justice et la manifestation la plus radicale de la rédemption dans le Christ". En vivant la miséricorde dans nos vies, nous participons à l'œuvre même de la rédemption de l'humanité.

En ce dimanche de la Miséricorde, puisse chacun de nous ouvrir son cœur à la grâce transformante de Dieu et s'engager à vivre une vie conforme à son amour miséricordieux. Que nous soyons des témoins vivants de sa miséricorde dans le monde, répandant sa lumière et son amour là où il y a ténèbres et désespoir.

Que cette messe soit pour nous tous une occasion de renouveler notre confiance en la bonté et la compassion de Dieu. Puissions-nous être des témoins vivants de sa miséricorde dans le monde, partageant sa lumière et son amour avec tous ceux que nous rencontrons. Amen.


Homélie dimanche de Pâques BAuteur : Père Arturo

Dimanche de Pâques B

Christ est ressuscité! Il est vraiment ressuscité! La fête de Pâques est associée à la nouveauté, à la renaissance. Pâques marque le début d’une saison nouvelle. Les fleurs font leur apparition. Dans cet esprit de renouvellement, nous sommes introduits dans la profondeur de la nature divine du Christ et son rôle crucial dans la création et le salut de l'humanité.

Le verset d'ouverture, "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu", est profondément significatif. Il nous montre que Jésus Christ, la Parole incarnée, existait dès le commencement avec Dieu et était de nature divine. Ce verset nous invite à méditer sur la relation éternelle entre Dieu le Père et son Fils, Jésus Christ.

La "Parole" dans ce contexte ne se réfère pas seulement à la communication verbale, mais plutôt à la manifestation de la pensée, de la sagesse et de la volonté de Dieu. Jésus est la Parole vivante de Dieu, par qui toute chose a été créée.

Jean poursuit en affirmant que "tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle." Cette déclaration souligne la puissance créatrice de Jésus qui était à l'œuvre lors de la création du monde. Tout ce que nous voyons, entendons et expérimentons a été formé par lui.

Jean le Baptiste est introduit dans ces versets comme un témoin de la lumière, celle qui brille dans les ténèbres. Il est venu pour témoigner de la lumière véritable qui éclaire tout homme. Jean-Baptiste est là pour préparer le chemin pour Jésus, pour annoncer la venue du Sauveur qui apportera la lumière et la vie éternelle au monde.

En ce début d'Évangile selon Jean, nous sommes appelés à contempler la grandeur de Jésus Christ en tant que Parole divine incarnée, créatrice et salvatrice. Nous sommes invités à accueillir cette lumière dans nos vies, à reconnaître en Jésus le chemin, la vérité et la vie.

En conclusion de ce Carême où nous avons découvert la personne de Jésus de façon plus intime, que la fête de Pâques nous permette de nous laisser emporter avec lui dans la joie d’être aimé de Dieu notre Père et de le manifester autour de nous. Un chrétien joyeux est un chrétien missionnaire. Notre Pape François en est l’illustration parfaite.

Que cet Évangile nous encourage à approfondir notre relation avec Jésus, à vivre dans sa lumière et à partager cette lumière avec les autres, afin que tous puissent connaître la vérité et la vie en lui. Amen.


Homélie Veillée pascale BAuteur : Père Arturo

Vigile pascale B

En cette Veillée Pascale, nous nous rassemblons avec des cœurs remplis d'espérance et de joie, prêts à célébrer la résurrection de notre Seigneur. Nous sommes réunis pour contempler le triomphe de la lumière sur les ténèbres, de la vie sur la mort, et de l'amour sur le péché. Cette nuit, nous faisons mémoire du plus grand événement de l'histoire humaine : la résurrection du Christ.

Dans la lecture de l'Écriture Sainte qui vient d'être proclamée, nous avons parcouru l'histoire du salut, depuis la création du monde jusqu'à l'accomplissement des promesses de Dieu en Jésus Christ. Nous avons entendu comment Dieu a conduit son peuple à travers les eaux de la mer Rouge, comment il a fait jaillir de l'eau du rocher pour étancher leur soif, et comment il les a nourris de la manne dans le désert. Toutes ces histoires préfigurent le grand événement que nous célébrons ce soir : la résurrection du Christ, qui ouvre pour nous les portes de la vie éternelle.

Dans l'obscurité de cette nuit, nous avons allumé le feu nouveau, symbole de la lumière du Christ qui brille dans les ténèbres et ne s’éteindra jamais. Cette lumière nous rappelle que le Christ est la lumière du monde, et que rien, ni personne, ne peut l'éteindre. Puissions-nous accueillir cette lumière dans nos vies et laisser briller notre propre lumière devant les hommes, afin qu'eux aussi puissent glorifier notre Père qui est aux cieux.

Cette nuit, nous allons aussi renouveler nos promesses baptismales, affirmant notre engagement à suivre le Christ et à vivre selon ses enseignements. Comme le Christ est mort et ressuscité pour nous, nous sommes appelés à mourir au péché et à ressusciter à une vie nouvelle en lui. Que cette nuit soit pour nous le début d'un nouveau départ, d'une conversion plus profonde, et d'un renouvellement de notre engagement envers le Seigneur.

Cette nuit, nous célébrons avec une grande joie l'Eucharistie, le sacrement de l'amour du Christ pour nous. En partageant le pain et le vin, nous nous unissons au sacrifice du Christ sur la croix et nous recevons le don de sa vie même. Puissions-nous sortir de cette célébration revigorés et renouvelés dans notre foi, prêts à témoigner de la résurrection du Christ au monde qui nous entoure.

Que la lumière du Christ brille toujours dans nos cœurs, et que sa résurrection soit pour nous la source de vie éternelle. Amen.

 


Homélie vendredi Saint BAuteur : Père Arturo

Vendredi saint B

Aujourd'hui, nous méditons la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ selon saint Jean. Dans ce récit profondément poignant, nous sommes invités à contempler l'amour inconditionnel de Dieu pour l'humanité, révélé à travers le sacrifice suprême de son Fils bien-aimé. Après son entrée triomphale à Jérusalem, nous voyons Jésus partager un dernier repas avec ses disciples, instituant ainsi l'Eucharistie, unissant son corps et son sang à notre salut éternel. Puis, dans le jardin de Gethsémani, nous le voyons s'agenouiller dans une prière intense, acceptant la volonté de son Père même si cela signifie la souffrance et la mort.

L'Évangile nous fait revivre les moments les plus intenses de la vie de Jésus, depuis la dernière Cène jusqu'à sa crucifixion et sa résurrection glorieuse. Dans ces moments sombres et troublants, nous sommes appelés à reconnaître la profondeur de l'amour de Dieu pour chacun de nous.

La Passion selon saint Jean nous révèle la souffrance et l'agonie de Jésus dans le jardin de Gethsémani, où il prie avec une telle intensité que son sang se mêle à la terre. Dans ces instants de détresse et de profonde solitude, Jésus accepte résolument la volonté de son Père céleste, se soumettant entièrement à son dessein rédempteur pour l'humanité.

Puis vient l'arrestation de Jésus, sa comparution devant Pilate et les accusations portées contre lui. Malgré les fausses accusations et les insultes, Jésus demeure digne et silencieux, offrant un témoignage de force et de dignité dans l'adversité. Même lorsqu'il est flagellé et couronné d'épines, il ne fléchit pas, mais reste fidèle à sa mission salvatrice.

Et enfin, sur le Calvaire, nous contemplons Jésus cloué sur la croix, abandonné de tous, sauf de sa mère bien-aimée et de quelques fidèles disciples. Dans ces moments de douleur indicible, Jésus prononce les paroles les plus puissantes et les plus réconfortantes : "Tout est accompli." Par ces mots, il nous assure que son sacrifice est complet, que notre rédemption est assurée. Il a payé avec son sang pour notre libération.

Dans sa souffrance, Jésus ne prononce pas de paroles de haine ou de vengeance, mais il pardonne à ses bourreaux et accueille même le bon larron dans le paradis. Sa mort n'est pas un échec, mais la victoire ultime sur le péché et la mort. Par sa résurrection, il nous offre l'espoir d'une vie nouvelle, libérée du pouvoir du mal.

La Passion selon saint Jean culmine avec la mort de Jésus sur la croix, suivie de sa sépulture dans le tombeau. Mais ce n'est pas la fin de l'histoire. Trois jours plus tard, Jésus se lève d'entre les morts, vainqueur de la mort et du péché, et ouvre pour nous les portes de la vie éternelle.

Mes chers frères et sœurs, contemplons donc aujourd'hui avec gratitude et humilité le mystère de la Passion de Notre Seigneur. Puissions-nous être transformés par cet amour infini, et que cela nous incite à suivre Jésus avec un engagement renouvelé, sachant qu'en lui, nous trouvons la vraie vie et la vraie liberté. Amen.


Homélie Jeudi Saint BAuteur : Père Arturo

Jeudi saint – Année B

En ce Jeudi Saint nous nous rassemblons pour méditer sur le mystère de l'amour infini de notre Seigneur Jésus-Christ. En ce jour, l'Église nous invite à nous souvenir de la Dernière Cène, ce moment où Jésus a partagé un repas avec ses disciples, un repas qui allait devenir le symbole de son amour inconditionnel pour l'humanité. Dans l'Évangile selon saint Jean, Jésus nous donne un commandement nouveau : "Je vous donne un commandement nouveau : c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres."

Jésus ne nous demande pas seulement d'aimer notre prochain, mais il va plus loin en nous appelant à nous aimer mutuellement comme il nous a aimés. Et comment Jésus nous a-t-il aimés? Il nous a aimés d'un amour total, sacrificiel, et sans condition. Nous vivons dans une société dans laquelle les funérailles sont plus importantes que la mort, où le mariage est plus important que l'amour, nous avons plus honte de montrer nos défauts physiques que le vide de notre cerveau. C'est la culture de l'emballage qui méprise le contenu.

Aujourd’hui, nous voyons Jésus, le Fils de Dieu, se mettre à genoux devant ses disciples, revêtir un tablier et laver leurs pieds. Ce geste humble et profond est une leçon d'humilité et d'amour désintéressé. Jésus, le Maître et le Seigneur, se comporte comme un serviteur, montrant ainsi que le véritable leadership réside dans le service et le don de soi.

Mais ce n'est pas seulement par ses actes que Jésus nous enseigne ce soir-là. Il nous offre également son corps et son sang dans le pain et le vin, instituant ainsi le sacrement de l'Eucharistie. Par ce sacrement, Jésus se donne lui-même totalement à nous, nous invitant à le recevoir et à demeurer en lui comme il demeure en nous. Jésus nous montre l'exemple ultime de l'amour en donnant sa vie pour nous sur la croix. Il a pardonné à ceux qui l'ont crucifié, il a tendu la main à ceux qui étaient marginalisés et rejetés, il a guéri les malades, il a consolé les affligés. Son amour transcende toutes les barrières et toutes les limites.

En nous demandant de nous aimer les uns les autres de la même manière, Jésus nous appelle à un amour radical, un amour qui dépasse nos propres intérêts et nos propres désirs. C'est un amour qui ne cherche pas la récompense, mais qui se donne librement, sans rien attendre en retour.

Dans nos vies quotidiennes, il peut être difficile de mettre en pratique ce commandement. Nous sommes souvent confrontés à des défis, des conflits et des différences qui peuvent nous diviser. Mais c'est précisément dans ces moments-là que l'appel de Jésus résonne le plus fort : aimons-nous les uns les autres, comme il nous a aimés.

Le Jeudi Saint est donc un jour où nous sommes appelés à contempler l'amour insondable de Dieu pour nous. C'est un amour qui se donne sans réserve, un amour qui se sacrifie pour le salut du monde. En suivant l'exemple de Jésus, nous sommes appelés à nous aimer les uns les autres avec la même intensité et le même dévouement.

Alors que nous nous préparons à commémorer la passion et la mort de notre Seigneur, prenons le temps de réfléchir à la manière dont nous pouvons mieux vivre cet amour dans nos vies. Demandons à Dieu la grâce de nous aider à pardonner, à servir et à nous donner les uns aux autres de manière désintéressée, à l'image de Jésus Christ.

Dans cette célébration du Jeudi Saint, prenons donc le temps de réfléchir à la manière dont nous pouvons mieux témoigner de l'amour de Dieu dans nos vies quotidiennes. Demandons au Seigneur la grâce de vivre dans l'humilité, le service et la générosité, en suivant l'exemple de Jésus Christ. Que l'exemple de Jésus nous inspire d’aimer sans limites, de pardonner sans condition, et de servir avec humilité. Que notre amour les uns pour les autres soit un témoignage vivant de la présence de Dieu parmi nous.

Que ce Jeudi Saint soit pour nous tous une occasion de renouveler notre engagement à suivre le Christ et à témoigner de son amour envers tous ceux que nous rencontrons. Amen


Homélie V° carême BAuteur : Père Arturo

V Dimanche Carême B

Chers frères et sœurs, nous avons presque terminé notre chemin de Carême, et si Dieu le veut, la semaine prochaine, avec la bénédiction des rameaux, nous entrerons dans les jours les plus saints de notre vie liturgique en acclamant Jésus lors de son entrée triomphale à Jérusalem, et en chantant hosanna au fils de David. Acclamant Jésus lors de son entrée triomphale, ce qui est paradoxal car les mêmes qui chanteront hossana seront les mêmes qui devant Pilate, vendredi, crieront crucifie-le, crucifie-le.

Au cours de ce chemin de Carême, nous avons rencontré des difficultés, des problèmes et des tentations qui nous ont préparés à prendre notre croix avec Jésus et à mourir à nous-mêmes, en mettant de côté notre orgueil, notre indifférence, nos doutes et notre manque de foi.

En ce cinquième dimanche de Carême, nous méditons sur le thème de la vie nouvelle que nous offre le Christ. Nous approchons rapidement de la Semaine Sainte, le temps le plus sacré de l'année liturgique, où nous sommes appelés à nous plonger profondément dans le mystère de la mort et de la résurrection du Seigneur.

Des Grecs demandent à voir Jésus. Avez-vous remarqué que Jésus à qui on transmet la demande n'y répond pas directement? Il parle plutôt de lui. Dans les derniers jours de sa vie, il est totalement concentré sur sa mission. Et au lieu de répondre à la demande des Grecs, il partage aux personnes présentes ce qui l'habite.


Ce partage est un des plus beaux que nous ayons dans les évangiles. On y voit ce que saint Jean en a retenu, à savoir que Jésus a vécu les derniers moments de sa vie dans une confiance totale à son Père même si le plan de Dieu sur lui prenait une direction qui le mènerait à la croix, l'élèverait sur la croix.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous entendons ces paroles puissantes de Jésus : "Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit." Ces paroles nous invitent à réfléchir sur le sacrifice et la transformation profonde que le Christ a apportés dans nos vies par sa propre mort et sa résurrection.

Nous vivons dans un monde où la mort est souvent perçue comme une fin, comme une réalité à éviter à tout prix. Mais pour les croyants, la mort est le passage vers la vie éternelle, la porte vers une existence nouvelle en communion parfaite avec Dieu. La mort est une transformation, le passage à la vraie vie pour l’éternité.

Dans notre propre cheminement de foi, nous sommes souvent confrontés à des moments de mort et de renouveau. Il peut s'agir de la mort de nos propres désirs égoïstes, de nos préjugés, de nos attachements au péché, ou même de situations de souffrance et de perte dans nos vies. Mais c'est précisément dans ces moments de mort que Dieu nous appelle à nous ouvrir à sa grâce transformante.

Le Carême est un temps propice pour ce travail intérieur de conversion et de mort à soi-même. Nous jeûnons, nous prions, nous pratiquons l'aumône, non pas par de simples rituels, mais dans le but de nous dépouiller de tout ce qui nous éloigne de Dieu et de notre prochain. En mourant à nous-mêmes, nous permettons à la grâce de Dieu de nous renouveler et de nous faire porter du fruit en abondance. Demandons au Seigneur aujourd'hui d’entrer avec tout notre cœur dans cette Nouvelle Alliance avec Dieu que Jésus est venu établir et dont nous sommes partie prenante depuis notre baptême.


À chaque messe, le président, lorsqu’il consacre le vin, nous le rappelle en disant ces paroles : « Prenez, et buvez-en tous, car ceci est la coupe de mon sang, le sang de l'Alliance nouvelle et éternelle, qui sera versé pour vous et pour la multitude en rémission des péchés. » Chaque dimanche nous présentons au Seigneur, avec le pain et le vin, fruits du travail humain, nos efforts pour entrer de tout notre cœur dans cette Alliance nouvelle et éternelle que Jésus a inaugurée.

Frères et sœurs, alors que nous nous préparons à entrer dans la semaine sainte, laissons-nous saisir par la profondeur de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ. Engageons-nous à suivre le Christ sur le chemin de la croix, sachant que c'est là que nous trouverons la vraie vie, une vie qui transcende la mort et qui nous conduit à la joie éternelle de la résurrection.

Que le Seigneur nous donne la grâce d'embrasser pleinement cette vie nouvelle qu'il nous offre, en mourant à nous-mêmes pour vivre en lui. Amen

Puissions-nous tous être fortifiés par ces paroles et vivre notre Carême avec une profondeur renouvelée. Que Dieu vous bénisse tous.


Homélie Rameaux BAuteur : Père Arturo

Dimanche des Rameaux - Année B

Aujourd'hui, nous célébrons le dimanche des Rameaux, un jour où nous nous souvenons de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, acclamé par la foule avec des branches de palmiers, une image de joie et de louange. La scène de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem est décrite avec soin. Tous les détails ont leur signification.

L'âne qui porte Jésus le situe comme un Messie proche des gens. L'Ancien Testament présentait le Messie dans une attitude de simplicité et d'humilité venant non pour se faire acclamer mais pour apporter le salut de Dieu. Jésus se situe dans cette ligne. Il se met au service de ses frères et sœurs.

Les acteurs du récit de cet événement nous représentent. Ils déroulent leurs manteaux devant Jésus, ils agitent des branches de palmiers et lancent à qui veut les entendre des « Hosanna » retentissants. Ils acclament celui qu’ils voient comme leur Roi.

Cette entrée n'a rien d'un événement réglé et programmé d'avance, elle se produit sur le tas, de façon inopinée au point que Jésus en est remué alors qu'il sait que l'opposition des autorités juives se fait de plus en plus forte et sans concessions . Les « Hosanna » de l'entrée triomphale feront place aux cris « Crucifiez-le » dans quelques jours.

Quel contraste! Les mêmes revirements nous arrivent parfois. Et pourtant, Jésus se laisse porter en triomphe par anticipation car il sait que la croix du Vendredi Saint est le véritable triomphe, la victoire de l'Amour.

Cette semaine sainte qui commence aujourd'hui est un temps de profonde réflexion et de méditation sur le mystère de la passion, de la mort et de la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ. C'est un rappel poignant de l'amour infini de Dieu pour nous, un amour qui l'a conduit à souffrir et à mourir pour nos péchés afin que nous puissions avoir la vie éternelle.

Les lectures nous invitent à réfléchir sur la nature paradoxale de la vie chrétienne : la gloire et la souffrance, l'acclamation et le rejet, la victoire et la croix. Jésus entre à Jérusalem non pas en conquérant terrestre, mais en humble serviteur, monté sur un âne. Il ne vient pas pour instaurer un royaume politique, mais pour inaugurer le royaume de Dieu, un royaume de justice, de paix et d'amour.

Mais ce royaume n'est pas accueilli par tous. Comme nous le voyons dans le récit de la passion, Jésus est trahi par l'un de ses disciples, abandonné par ses amis les plus proches, et finalement condamné à mort par les autorités religieuses et politiques de son époque.

Et pourtant, dans sa mort sur la croix, Jésus nous révèle l'amour insondable de Dieu. Il porte nos péchés, nos souffrances, nos douleurs, afin que nous puissions être réconciliés avec Dieu et avoir la vie éternelle.

En ce dimanche des Rameaux, alors que nous contemplons l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem et que nous nous préparons à entrer dans la semaine sainte, que nous puissions suivre les pas de notre Seigneur avec un cœur humble et contrit. Que nous puissions reconnaître nos propres péchés et nos propres faiblesses, et nous tourner vers Jésus avec confiance et le regret de nos péchés.

Que nous puissions aussi être des témoins courageux de l'amour de Dieu dans le monde, suivant l'exemple de Jésus en servant humblement nos frères et sœurs, en partageant leur fardeau, en portant leur croix.

Que cette semaine sainte soit pour nous un temps de conversion et de renouvellement spirituel, un temps pour nous rapprocher de Dieu et de nos frères et sœurs dans la foi. Et que, guidés par l'Esprit Saint, nous puissions marcher avec Jésus sur le chemin de la croix, avec la certitude que la mort n'a pas le dernier mot, mais que la résurrection est notre espérance et notre joie.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.


Homélie IV° carême BAuteur : Père Arturo

IV Dimanche Carême B

Aujourd'hui, nous célébrons le quatrième dimanche de Carême, un dimanche de joie au milieu de notre période de pénitence et de préparation. C'est pourquoi ce dimanche est également connu sous le nom de dimanche de Laetare, car il nous invite à nous réjouir dans l'espérance de la résurrection à venir.

Aujourd'hui, l'Église nous invite à réfléchir sur le thème de la lumière et de la guérison. Ce dimanche, nous sommes invités à nous rappeler que même au milieu de nos épreuves et de nos faiblesses, la lumière de la grâce divine brille toujours pour nous guider vers la guérison et le renouveau spirituel.

Dans l'Évangile selon saint Jean, chapitre 3, verset 16, nous trouvons une déclaration profonde et puissante de l'amour de Dieu pour le monde : "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle."

Ces paroles de Jésus résument l'essence même de l'Évangile - l'amour inconditionnel de Dieu pour l'humanité. Dans ce court verset, nous trouvons une promesse d'espoir et de salut pour tous ceux qui croient en Jésus-Christ et le reconnaissent comme leur Seigneur et Sauveur.

"Car Dieu a tant aimé le monde" - ces mots devraient résonner profondément dans nos cœurs. Ils nous rappellent que l'amour de Dieu est infini, inconditionnel et universel. Peu importe qui nous sommes, d'où nous venons ou ce que nous avons fait, Dieu nous aime avec un amour éternel et inébranlable.

"Qu'il a donné son Fils unique" - en Jésus-Christ, Dieu a donné le plus grand don qu'il pouvait offrir. Jésus est venu sur terre, non seulement pour nous enseigner et nous montrer comment vivre, mais surtout pour donner sa vie en sacrifice pour nos péchés. Sa mort sur la croix et sa résurrection nous offrent le pardon et la réconciliation avec Dieu.

"Afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle" -cette promesse est pour chacun de nous. Peu importe nos faiblesses, nos doutes ou nos peurs, si nous mettons notre foi en Jésus-Christ, nous avons l'assurance de la vie éternelle avec Dieu dans son royaume céleste.

Pendant ce Carême, alors que nous nous engageons dans un temps de prière, de jeûne et d'aumône, rappelons-nous que notre but ultime est de nous rapprocher de Dieu et de la lumière qu'il offre. Demandons à Jésus de nous guérir de tout ce qui nous empêche de le voir clairement, de tout ce qui obscurcit notre vision spirituelle.

Prenons le temps de réfléchir sur nos propres attitudes envers ceux qui sont dans le besoin autour de nous. Engageons-nous à apporter la lumière de l'amour et de la compassion à ceux qui sont dans les ténèbres de la douleur, de la souffrance et de l'isolement. Dieu est un père aimant qui veut que nous l'aimions comme il nous aime. Ce ne sont ni la religion ni la loi qui sauvent, celui qui sauve, c’est Dieu en Jésus Christ.

Jésus présente Dieu, non seulement comme amour, mais surtout comme «amour excessif». La miséricorde c’est l’amour de Dieu qui console, qui pardonne et qui donne l’espérance. Il suffit de l’accepter et de croire qu’il y a un Dieu qui est là, qui nous aime, et qui nous promet la vie et la paix.

Frères et sœurs, que ce quatrième dimanche de Carême soit pour nous un rappel de la lumière et de la guérison que Jésus offre à chacun de nous. Puissions-nous ouvrir nos cœurs à sa grâce et à son amour, et être des porteurs de sa lumière dans un monde qui en a tant besoin. En ce jour, rappelons-nous l'immensité de l'amour de Dieu pour nous. Quelle que soit la situation dans laquelle nous nous trouvons, soyons assurés que Dieu est avec nous, qu’il nous aime et nous guide à chaque étape du chemin.

Que les paroles de Jésus nous inspirent de vivre chaque jour avec gratitude pour le don incomparable de son amour et de partager cet amour avec ceux qui nous entourent. Puissions-nous être des témoins vivants de la grâce et de la miséricorde de Dieu, reflétant sa lumière dans un monde qui a désespérément besoin de son amour.

Alors, en ce dimanche de Laetare, que nos cœurs soient remplis de joie et de reconnaissance pour les innombrables bénédictions que Dieu nous accorde. Puissions-nous répondre à son appel avec générosité et amour, en partageant sa lumière et sa vie avec tous ceux que nous rencontrons sur notre chemin.

 


Homélie III° carême BAuteur : Père Arturo

I Dimanche Carême B

Comme toujours pendant le temps de Carême, les lectures de la Parole de Dieu nous appellent à la conversion et à la purification intérieure. Elles nous invitent à nous détourner de nos faiblesses et de nos péchés pour nous tourner résolument vers Dieu, source de tout amour et de toute grâce.

L'Évangile d'aujourd'hui nous présente la scène où Jésus chasse les vendeurs du Temple à Jérusalem. Cette scène est riche en enseignements pour nous, car elle nous invite à réfléchir sur la manière dont nous honorons la maison de Dieu, non seulement en tant que lieu physique, mais aussi en tant que temple spirituel de notre propre être.

Cette scène nous rappelle que nos lieux de culte doivent être des lieux de prière, de recueillement et de rencontre avec Dieu. Mais elle nous invite également à réfléchir sur notre propre cœur, qui est le véritable temple de Dieu. Sommes-nous conscients de l'importance de purifier nos cœurs des attitudes et des comportements qui le profanent ?

Dans notre vie quotidienne, il est facile de laisser entrer des éléments qui détournent notre cœur de son véritable objet de culte, Dieu lui-même. L'attachement excessif aux biens matériels, le désir de pouvoir ou de reconnaissance, l'égoïsme et l'indifférence envers les autres peuvent tous devenir des idoles qui souillent notre temple intérieur.

Comme Jésus l'a fait dans le Temple de Jérusalem, il nous appelle à purifier nos cœurs de tout ce qui les encombre. Cela peut impliquer de prendre des décisions courageuses, de renoncer à certaines habitudes ou de changer notre façon de vivre. Mais c'est seulement en laissant l'amour de Dieu remplir nos cœurs que nous pouvons vraiment devenir des temples vivants de sa présence.

Nous vivons dans un temps de désert, un temps de purification où nous sommes invités à nous débarrasser de tout ce qui nous éloigne de Dieu. Un temps de jeûne, de prière et d'aumône, mais surtout un temps de conversion profonde du cœur. Nous sommes tous appelés à examiner nos vies à la lumière de l'Évangile et à nous repentir de nos péchés.

Chers frères et sœurs, sachons reconnaître nos déserts intérieurs, ces lieux arides de notre âme où règnent l'égoïsme, l'orgueil, la colère et la rancune. Mais ne désespérons pas, car là où il y a désert, Dieu veut faire jaillir des sources d'eau vive. Il veut transformer nos cœurs de pierre en cœurs de chair, remplis d'amour et de miséricorde.

En ce temps de Carême, alors que nous nous préparons à célébrer la victoire de la vie sur la mort par la résurrection de Jésus, que chacun de nous prenne le temps de réfléchir à la manière dont nous honorons notre temple intérieur. Demandons à Jésus de nous aider à chasser tout ce qui le profane, afin que nos vies puissent être de véritables témoignages de sa présence et de son amour dans le monde.


Homélie II° carême BAuteur : Père Arturo

II Dimanche Carême B

En ce deuxième dimanche de Carême, la liturgie de la Parole nous invite à méditer sur la transfiguration de Jésus. Cet événement extraordinaire s'est déroulé sur le mont Thabor, où Jésus, accompagné de Pierre, Jacques et Jean, a été transfiguré devant eux.

Son visage resplendissait, ses vêtements devenaient d'une blancheur éclatante, et Moïse et Élie se tenaient à ses côtés. La transfiguration de Jésus n'est pas seulement un spectacle céleste réservé à quelques privilégiés. Elle a une signification profonde pour chacun de nous. C'est une invitation à contempler la réalité divine qui habite en nous, souvent voilée par les soucis du quotidien, les peurs et les doutes.

La transfiguration de Jésus est une manifestation de sa gloire divine. C'est un moment où la réalité céleste se révèle dans le quotidien terrestre. Pierre, émerveillé, s'écrie: "Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Élie." Il voulait figer ce moment de splendeur, comme beaucoup d'entre nous aimeraient le faire avec les moments forts de nos vies.

La réaction de Pierre est compréhensible. Face à la grandeur de Dieu révélée en Jésus, il veut figer le moment, le rendre permanent. Combien de fois avons-nous ressenti cette tentation de vouloir figer les moments forts de notre vie spirituelle, de les garder comme des trophées plutôt que de les vivre dans la dynamique de la foi ?

Cependant, Dieu le Père intervient et déclare : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !" Cette déclaration nous rappelle l'importance d'écouter Jésus, de suivre ses enseignements et de marcher sur le chemin qu'il nous indique. La transfiguration est un avant-goût de la gloire à venir, mais elle est également liée au chemin de la croix que Jésus devra emprunter pour nous sauver. La Mort du Christ est un don à l’humanité, pour que par lui elle puisse entrer en communion avec Dieu notre Père à tous. Jésus devient ainsi le seul chemin pour aller à Dieu. La Lettre aux Hébreux dira du Christ qu’il est le seul et l’unique médiateur pour faire le pont entre Dieu et l'humanité.

La voix du Père vient nous rappeler que la transfiguration est liée au chemin de la croix. "Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le !" Nous ne pouvons pas rester sur la montagne de la transfiguration, car la vraie gloire de Jésus se révélera sur la montagne du Calvaire. La croix et la gloire sont indissociables.

Le Carême nous offre un temps privilégié pour monter avec Jésus sur notre propre montagne, pour nous retirer dans le silence et la prière, afin de contempler sa présence dans nos vies. Comme les disciples sur le Thabor, nous sommes souvent tentés de rester là, dans l'expérience spirituelle intense, mais la voix de Dieu nous appelle à redescendre dans la vallée de notre quotidien.

La transfiguration nous rappelle que la gloire de Dieu est présente même dans nos moments les plus sombres. Quand nous traversons nos propres vallées de l'ombre, souvenons-nous que la lumière du Christ brille toujours pour nous guider. La foi nous aide à voir au-delà des apparences, à reconnaître la présence de Dieu même lorsque tout semble obscur.

En ce Carême, prenons le temps de monter sur notre montagne intérieure, de nous retirer dans la prière, la méditation et la réflexion. Écoutons la voix de Jésus qui nous guide sur le chemin de la conversion. Demandons la grâce de reconnaître la présence divine même au cœur de nos épreuves.

Que la transfiguration de Jésus soit pour nous une source d'inspiration et d'espérance, nous rappelant que, même au milieu des difficultés, la lumière du Christ continue de briller, nous invitant à suivre son exemple et à rayonner de son amour autour de nous.

Que le partage de son Corps et de son Sang dans cette Eucharistie nous garde près de lui, car, comme le dit saint Paul aux chrétiens de Corinthe « chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur. »

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.


Homélie I° carême BAuteur : Père Arturo

I Dimanche de Carême B

Frères et sœurs bien-aimés, soyez les bienvenus en ce premier dimanche de Carême, temps sacré où nous sommes appelés à nous retirer dans le désert de notre propre cœur pour méditer, jeûner et prier. Les cendres que nous avons déposées sur nos têtes mercredi dernier nous rappellent que nous acceptons publiquement le défi de vivre de la meilleure façon possible ce temps de conversion malgré les tentations que nous rencontrerons sur notre chemin. Le Carême c’est la période de quarante jours qui nous prépare à célébrer la victoire de la vie sur la mort à Pâques. Aujourd'hui, nous entrons dans ce temps de réflexion avec la lecture du Livre de la Genèse et de l'Évangile selon Saint Marc.

Le désert est souvent le lieu où Dieu rencontre son peuple. C'est dans le désert que Dieu a conduit les Israélites après leur libération de l'esclavage en Égypte. C'est dans le désert que Jésus a été tenté par Satan pendant quarante jours. Le désert est un lieu de simplicité, de dépouillement, mais aussi de rencontre profonde avec Dieu. Jésus sent peser sur ses épaules tout le poids de la mission qu'il découvre de façon plus claire maintenant. Il s’y est préparé intérieurement jusqu’alors, mais maintenant c’est le passage à l’action. Retiré au désert il va préparer ce qui va suivre.

Dans la première lecture, nous entendons parler de l'arc-en-ciel que Dieu place dans le ciel comme signe de son alliance avec Noé et toute créature vivante. C'est un rappel que Dieu est fidèle à ses promesses, même lorsque nous nous éloignons de lui. Le Carême est un temps pour renouveler notre propre alliance avec Dieu, pour revenir à Lui avec un cœur contrit et ouvert.

L'Évangile de Marc nous montre Jésus se retirant dans le désert, jeûnant et priant pendant quarante jours. Il est tenté par Satan, mais il résiste. Jésus nous montre le chemin de la victoire sur les tentations, le chemin de l'obéissance à la volonté de Dieu. C'est un rappel que, dans notre propre désert intérieur, Dieu est là pour nous fortifier et nous aider à résister aux tentations de la vie. Le message est simple: « Convertissez-vous et croyez à l’Evangile ».

Le Carême est un appel à la conversion. Jésus proclame dans l'Évangile: "Le temps est accompli, le royaume de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle." C'est une invitation à changer notre façon de penser, de vivre, de nous comporter. C'est un appel à revenir à Dieu de tout notre cœur. Le Carême est un chemin qui nous fait suivre Jésus de plus près. Il est explicitement pascal, en ce sens que l’horizon du parcours quadragésimal n’est pas seulement le Vendredi Saint, c’est aussi Pâques où le Ressuscité éclaire toute la route parcourue, la sienne et la nôtre. Le défiguré du Vendredi Saint devient le transfiguré de Pâques.

En ce premier dimanche de Carême, prenons un moment pour réfléchir à notre propre désert intérieur. Quelles sont les tentations qui nous éloignent de Dieu ? Quels sont les péchés que nous devons abandonner pour renouveler notre alliance avec Dieu ? Comment pouvons-nous vivre ce temps de Carême de manière plus authentique et profonde ?

Le chemin du Carême se nourrit de la Parole de Dieu et des gestes que l’Église nous a proposés le Mercredi des cendres: la prière, l’aumône et le jeûne. Ces trois gestes sont à la portée de tous. Ils prennent les formes qu’on leur donne sous l’inspiration de l’Esprit. Je vous invite à les identifier pour vous-mêmes.

Que ce Carême soit pour nous un temps de désert fécond, un temps de transformation intérieure, un temps où nous pouvons expérimenter la grâce et la miséricorde de Dieu d'une manière nouvelle. Qu’il nous aide à «progresser dans la connaissance de Jésus-Christ » et à « nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle ».

Que notre jeûne, notre prière et nos actes de charité nous rapprochent davantage de Dieu et nous préparent à célébrer la joie de la Résurrection à Pâques. Amen.


Homélie cendres BAuteur : Père Arturo

Cendres Année B

En ce mercredi des Cendres, nous entamons notre marche de quarante jours vers Pâques, un temps sacré de conversion, de prière et de jeûne. Les cendres que nous recevons sur notre tête aujourd'hui sont le signe visible de notre humilité, de notre reconnaissance de nos faiblesses et de notre besoin de la grâce divine.

Le mercredi des Cendres marque le début du Carême, une période où nous sommes invités à nous détourner du péché et à nous rapprocher de Dieu. Les lectures d'aujourd'hui nous rappellent la fragilité de la vie humaine et l'importance de choisir la voie de la vie éternelle. C'est le moment idéal pour purifier nos cœurs.

Dans la première lecture, le prophète Joël nous exhorte à retourner au Seigneur de tout notre cœur, avec le jeûne, les pleurs et le deuil. C'est un appel à la conversion profonde, à la réflexion sur nos actions passées, et à la décision de changer notre vie avec l'aide de Dieu.

Le psaume responsorial nous rappelle la miséricorde infinie de Dieu. "Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu, renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit." C'est une prière sincère pour la purification intérieure, pour que nos cœurs soient conformes à la volonté de Dieu.

Dans l'évangile, Jésus nous enseigne sur la prière, le jeûne et l'aumône. Il nous encourage à faire ces actes avec un cœur sincère, sans chercher les applaudissements des hommes, mais plutôt la récompense du Père qui voit dans le secret. C'est un appel à la simplicité, à l'humilité et à la générosité.

En ce jour saint, recevons les cendres avec foi et humilité. Que ce signe extérieur soit le reflet de notre engagement intérieur à nous détourner du péché et à nous approcher de Dieu. Que notre Carême soit un temps de transformation spirituelle, de prière fervente, de jeûne authentique et de charité véritable.

Une fois de plus, nous avons l’opportunité de mettre de côté les rancunes, l’envie, la jalousie et les mauvais sentiments qui qui habitent parfois notre cœur. C'est triste de voir dans les rues tant de gens au regard vide, indifférents à tout et à tous. Profitons de ce temps de purification pour ressusciter avec le Christ à Pâques. Ne gaspillons pas cette opportunité que le Seigneur nous offre de purifier nos cœurs pour vivre une vie bien remplie, cela pourrait être la dernière.

Nous sommes invités à partager non seulement notre monnaie mais aussi ce que nous avons de plus précieux : l’amour, la compassion, la compréhension et le pardon. Que la Vierge Marie vous accompagne en ces jours de prière intense et de pénitence qui nous préparent à célébrer le grand mystère de la Pâque de son Fils. Que la grâce du Seigneur nous accompagne tout au long de ce chemin de Carême, nous fortifie dans nos résolutions et nous conduise à la joie de la résurrection. Amen.


Homélie VI° ordinaire BAuteur : Père Arturo

VI Dimanche ordinaire B

Nous continuons à suivre le déroulement de la vie publique de Jésus. Les premiers disciples aimaient se rappeler ces événements car, sachant comme nous que Jésus, après une mort atroce sur la croix, a été ressuscité par son Père qui l’a établi Seigneur et Sauveur de toute l’humanité, ils leur donnaient un sens que les personnes présentes sur place n’avaient pas toujours perçu.

Les lectures d'aujourd'hui nous invitent à réfléchir sur la purification de nos cœurs, sur la manière dont nous pouvons nous approcher de Dieu avec une foi authentique et une vie en accord avec Ses enseignements. Voilà qui tombe bien puisque nous commençons, mercredi prochain, le temps du Carême où nous nous préparons à renouveler notre vie de foi après la semaine sainte, où nous réfléchissons sur la passion, la mort et la résurrection de Jésus.

Le Lévitique nous parle de la purification rituelle des lépreux. Les lépreux étaient isolés du reste de la communauté en raison de leur impureté. Cela nous rappelle que parfois, notre propre péché peut nous isoler de Dieu et des autres. La purification du cœur commence par la reconnaissance de nos fautes et la recherche de la miséricorde de Dieu.

"Heureux l'homme dont la faute est enlevée, et le péché remis! Heureux l'homme dont le Seigneur ne retient pas l'offense." Ce psaume nous encourage à confesser nos péchés, car Dieu est prêt à nous pardonner. La purification commence par une confession sincère et un désir de conversion. Le temps du Carême est un moment propice pour faire une bonne confession en préparation de Pâques.

L'apôtre Paul dans la deuxième lecture nous rappelle que tout ce que nous faisons doit être fait pour la gloire de Dieu. Nos actions, nos paroles, nos pensées doivent être en accord avec l'amour et la volonté de Dieu. La purification du cœur implique de vivre en conformité avec les enseignements de Jésus et d'être des témoins authentiques de Sa lumière dans le monde.

Le récit de la guérison du lépreux par Jésus est un exemple éclatant de Sa compassion et de Son pouvoir de transformation. Jésus ne craint pas de toucher le lépreux, brisant ainsi les barrières sociales de l'époque. Cette rencontre illustre la puissance de la guérison intérieure et extérieure que Jésus offre à chacun de nous. Le lépreux guéri devient un témoin vibrant de la grâce du Christ. La guérison du lépreux par Jésus est un puissant rappel de la compassion divine. Jésus touche le lépreux et il touche aussi chacun de nous, il fait disparaitre notre lèpre, c’est à dire nos péchés. La purification du cœur implique de tendre la main à ceux qui sont rejetés, d'aimer sans condition et d'être des instruments de guérison dans notre monde.

La guérison du lépreux nous enseigne qu’à la suite de Jésus, avec la grâce de Dieu, le mal peut être vaincu. Les maux de notre monde si présents dans les médias et dans la réalité: guerres, oppressions, famines, déplacements, migrations etc. ne peuvent avoir le dernier mot sur notre espérance qui nous tourne avec confiance vers un monde meilleur.
C’est dans la foi que nous attendons ce monde meilleur. Comme disciples de Jésus, nous savons qu’il est commencé, qu’il est déjà là. Dans chaque Eucharistie nous le proclamons avec force après la consécration, en chantant en réponse aux paroles prononcées par le prêtre : « Il est grand le mystère de la foi », « Nous annonçons ta mort Seigneur Jésus, nous proclamons ta résurrection et nous attendons ta venue dans la gloire. »

Chers frères et sœurs, en ce dimanche, laissons les Ecritures nous inspirer comment purifier nos cœurs, confesser nos péchés, vivre pour la gloire de Dieu et être des témoins de l'amour et de la compassion de Jésus dans le monde. Que la grâce de Dieu nous accompagne dans ce chemin de purification et de conversion. Préparons-nous à célébrer le temps de Carême avec l’espérance que le Seigneur veut nous toucher pour enlever la lèpre de notre cœur.


Homélie V° ordinaire BAuteur : Père Arturo

V Dimanche ordinaire B

Dans l’évangile de ce jour on a le portrait d’une journée typique de Jésus que l’on peut résumer par « les trois P pour Présence, Prière et Parole ». Pendant tout le ministère public de Jésus, ses journées seront vécues la plupart du temps sur ce modèle avec des variantes bien sûr, mais en retenant toujours ces trois priorités : présence, prière et parole.

Les lectures d'aujourd'hui nous invitent à réfléchir sur la lumière qui dissipe les ténèbres, une lumière qui est Jésus Christ lui-même. Dans la première lecture, Job exprime la fugacité de la vie humaine et la souffrance qui l'accompagne. Nous sommes tous conscients de la réalité de la fragilité humaine, des défis auxquels nous sommes confrontés quotidiennement. Cependant, même au milieu de nos épreuves, il y a une lumière d'espoir qui brille.

Le Psaume souligne la bonté de Dieu, qui guérit les cœurs brisés et rassemble ceux qui ont été dispersés. C'est un rappel que même dans nos moments les plus sombres, Dieu est là, prêt à guider nos pas et à guérir nos blessures.

L'apôtre Paul, dans la première lettre aux Corinthiens, partage son zèle pour annoncer l'Évangile. Il reconnaît la responsabilité qui lui incombe et témoigne de la nécessité d'être une lumière pour les autres, de partager la bonne nouvelle de Jésus Christ avec le monde.

L'Évangile selon Marc nous présente Jésus comme le guérisseur divin. Après avoir enseigné dans la synagogue, Jésus se rend chez Simon et André, où il guérit la belle-mère de Simon. Sa réputation grandit rapidement, et bientôt, la maison est entourée de malades et de possédés. Jésus, compatissant, guérit de nombreux malades et chasse les esprits impurs.

Ce passage de l'Évangile met en évidence la mission de Jésus d'apporter la lumière là où il y a des ténèbres. Il ne se contente pas d'enseigner, mais il agit concrètement pour soulager la souffrance humaine. Jésus nous montre que la véritable lumière est celle qui illumine non seulement nos esprits mais aussi nos cœurs et nos corps.

Chers amis, aujourd’hui, la Parole de Dieu nous appelle à être des porteurs de lumière dans un monde souvent plongé dans l'obscurité. Comme disciples de Jésus, nous sommes appelés à être des instruments de guérison et d'espérance. Que nos actions, nos paroles et notre amour soient une source de lumière pour ceux qui sont dans le besoin.

Ces trois temps : présence, prière, parole peuvent aussi se vivre par tous dans sa condition de vie. Ils reflèteront notre identité chrétienne. Ils feront de nous des disciples-missionnaires. Nous pouvons témoigner de la Bonne Nouvelle qui nous fait vivre, de la présence du Christ ressuscité. Saint Paul y a consacré toute sa vie à la suite d’un appel particulier. Nous, nous pouvons le faire à notre façon en écoutant les appels que l’Esprit Saint met en nous et en essayant d'y répondre le mieux possible. Demandons à Dieu la grâce de recevoir la lumière de son Fils, Jésus Christ, et d'être des témoins authentiques de cette lumière dans nos vies quotidiennes. Que la lumière de l'Évangile guide nos pas, éclaire notre chemin et nous conduise vers la vérité et l'amour divin.


Homélie IV° ordinaire BAuteur : Père Arturo

IV Dimanche ordinaire B

Aujourd'hui, dans les lectures, nous sommes une fois de plus invités à réfléchir sur la manière dont Dieu nous appelle à la conversion, à suivre son chemin de vérité et d'amour. En ce quatrième dimanche ordinaire, les lectures de la Parole de Dieu nous appellent à réfléchir sur la nature de l'autorité et sur notre réponse à l'appel de Dieu dans nos vies.

Les Écritures nous révèlent que la parole de Dieu est vivante et efficace, capable de pénétrer au plus profond de nos cœurs et de transformer nos vies.

Dans le passage de l'Évangile selon Marc, Jésus entre dans la synagogue et enseigne avec autorité. Les gens sont étonnés par son enseignement, car il parle avec une autorité qui va au-delà des normes humaines. Cette autorité de Jésus ne vient pas des titres ou des positions sociales, mais elle vient de sa relation intime avec le Père. C'est cette même autorité que Jésus nous partage, en nous appelant à vivre selon les valeurs du Royaume de Dieu. Jésus ne fait pas que transmettre une connaissance intellectuelle, mais il proclame la vérité de Dieu avec une puissance qui suscite la conversion. Son autorité est une invitation à changer nos vies, à abandonner nos péchés et à suivre le chemin de l'amour et de la justice.

La parole de Dieu agit comme une lumière qui éclaire notre chemin, une lampe pour nos pas, comme le dit le psalmiste. Elle nous guide dans les moments sombres de notre existence et nous montre la voie de la vie éternelle. Sommes-nous prêts à écouter cette parole, à laisser notre cœur être touché par sa vérité transformante ?

La conversion n'est pas simplement une affaire extérieure, mais un changement profond qui touche notre cœur et notre âme. Cela demande parfois de reconnaître nos propres faiblesses, nos erreurs et nos refus d'obéir à la volonté de Dieu. La bonne nouvelle est que Dieu nous offre toujours une opportunité de revenir à lui et de vivre selon ses commandements.

Sommes-nous prêts à reconnaître cette autorité divine dans nos vies ? Sommes-nous prêts à répondre à l'appel de Dieu avec confiance, même si nous nous sentons incapables ou indignes ? L'autorité de Jésus nous libère de la peur, de l'incertitude et de l'inquiétude, nous invitant à une vie de foi audacieuse.

Demandons au Seigneur la grâce de répondre à son appel avec un cœur ouvert. Puissions-nous être comme Jonas, abandonnant nos propres plans pour embrasser la mission que Dieu a pour nous. Puissions-nous être comme les disciples, reconnaissant l'autorité de Jésus dans nos vies et décidant de le suivre avec un abandon total.

Que la parole de Dieu continue de résonner dans nos cœurs tout au long de cette semaine, nous guidant sur le chemin de la conversion et de la sainteté. Soyons attentifs pour entendre l'appel de Dieu dans nos vies. Puissions-nous répondre avec confiance, sachant que Dieu nous a consacrés avant même notre naissance et qu'il nous donne la force et le courage nécessaires pour accomplir sa volonté. Demandons au Seigneur la grâce de surmonter nos doutes et nos peurs, pour marcher avec foi sur le chemin qu'Il a tracé pour nous. Amen.


Homélie III° ordinaire BAuteur : Père Arturo

III Dimanche ordinaire B

Nous sommes entrés depuis dimanche dernier dans ce que l’Église appelle le Temps ordinaire. C’est un temps où la liturgie nous déroule plus en détail la mission et la prédication de Jésus. Aujourd'hui, les Écritures nous rappellent la puissance transformante de la parole de Dieu dans nos vies. Dans la première lecture, nous entendons l'appel à la conversion adressé par le prophète Jonas à Ninive, une ville païenne. La parole de Dieu n'est pas réservée à un peuple spécifique, mais elle est universelle, offerte à tous.

Dans l'Évangile selon Marc, Jésus commence son ministère public en proclamant ces mots puissants : "Les temps sont accomplis et le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle." Ces paroles résonnent toujours dans nos cœurs aujourd'hui, nous invitant à la conversion et à la foi.

La Parole de Dieu n'est pas simplement une série de préceptes moraux ou d'histoires anciennes. C'est une invitation à entrer dans une relation vivante avec Dieu. Comme Jonas l'a fait à Ninive, nous sommes appelés à répondre à cette invitation en nous tournant sincèrement vers le Seigneur.

Le récit de la vocation des premiers disciples souligne également la puissance de la parole de Dieu. Jésus appelle Simon et André, puis Jacques et Jean, et ils répondent immédiatement à cet appel. Le simple fait de la parole de Jésus suffit à transformer leur vie, à leur faire quitter leurs filets et à le suivre.

Nous vivons dans un monde bruyant et souvent agité, où de nombreuses voix prétendent avoir la vérité. Cependant, la parole de Dieu est une lumière qui guide nos pas dans l'obscurité de ce monde. Elle est une boussole fiable qui nous oriente vers le véritable sens de notre existence.

Comment répondons-nous à la parole de Dieu dans nos vies? Sommes-nous disposés à nous convertir, à changer notre manière de vivre pour conformer nos vies à l'Évangile? Ou bien sommes-nous trop attachés aux filets de nos habitudes et de nos péchés? Peut-être nous laissons-nous guider par les modes passagères ou par les choix d’une minorité qui a décidé de vivre en dehors de la parole de Dieu et qui vit selon ses propres désirs égoïstes et individualistes.

Le temps de la conversion est toujours maintenant. Comme les premiers disciples, soyons prêts à répondre à l'appel du Christ, à abandonner ce qui nous retient et à le suivre avec un cœur ouvert et docile. La Bonne Nouvelle est proclamée aujourd'hui, non pas comme une simple information, mais comme une invitation à une rencontre personnelle avec le Christ.

Que la parole de Dieu prenne racine en nous, transforme nos vies et nous conduise vers le royaume de Dieu. Amen.


Homélie II° ordinaire BAuteur : Père Arturo

II Dimanche ordinaire B

Avec la fête de l'Epiphanie que nous avons célébrée dimanche dernier, nous avons terminé le temps de Noël, qui est un moment de joyeuse méditation et de paix intérieure, mais qui, malheureusement pour beaucoup, est seulement un moment de fêtes, souvent banales et stressantes. Aujourd'hui, nous revenons au calme du temps ordinaire, mais dans l'Église nous continuons à célébrer, comme toute l'année, puisque chaque dimanche nous célébrons la Pâque du Seigneur. Profitons de ce temps ordinaire pour vivre le quotidien de notre vie de façon extraordinaire. En ce deuxième dimanche du temps ordinaire, nous sommes invités à réfléchir sur l'appel que Dieu adresse à chacun de nous, un appel à suivre Jésus et à marcher à sa suite.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous entendons le récit de la vocation des premiers disciples. Jean le Baptiste pointe vers Jésus et dit à ses propres disciples: "Voici l'Agneau de Dieu." Ces paroles résonnent toujours dans nos vies aujourd'hui. Elles nous appellent à regarder vers Jésus, à le suivre et à vivre selon ses enseignements.

La réponse de ces premiers disciples est immédiate. André et un autre disciple suivent Jésus après avoir entendu Jean le Baptiste. Ils cherchent à connaître Jésus davantage, à partager du temps avec lui. Et Jésus les accueille, les invite chez lui. Cette scène nous rappelle que Jésus nous appelle à le suivre, mais il ne nous force pas. Il nous invite avec douceur et nous accueille tels que nous sommes.

Cette invitation à suivre Jésus résonne à travers les âges. Elle se déploie dans nos vies de différentes manières. Parfois, l'appel est clair et immédiat, comme pour André et les premiers disciples. Mais pour beaucoup d'entre nous, l'appel de Dieu se révèle progressivement, à travers des rencontres, des événements, des défis, et même des épreuves.

Chaque jour, nous sommes invités à répondre à cet appel du Christ à travers nos actions, nos paroles, nos choix. L'appel à le suivre peut se manifester dans nos relations, notre travail, nos engagements communautaires, et dans notre vie de prière.

Nous sommes appelés à être des témoins de l'amour et de la miséricorde de Dieu dans le monde. Comme les premiers disciples, nous devons être prêts à suivre Jésus, à marcher à sa suite, à lui ouvrir nos cœurs et à laisser sa lumière briller à travers nous.

Demandons au Seigneur la grâce d'entendre son appel dans nos vies et la force de répondre avec générosité, confiance et amour. Puissions-nous avoir le courage de dire comme Samuel : "Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté."

Que ce temps ordinaire soit pour nous tous un temps de croissance dans notre réponse à l'appel du Christ à le suivre. Suivez la lumière aujourd’hui et toujours.


Homélie Epiphanie BAuteur : Père Arturo

Dimanche de l’Epiphanie – Année B

Frères et sœurs bien-aimés, aujourd’hui c’est la fête de l’Épiphanie qu’on appelait autrefois la fête des Rois. «Épiphanie» vient d’un mot grec qui veut dire «manifestation» , «révélation». La fête de l'Épiphanie se situe dans la foulée de la manifestation de l’amour de Dieu qui apparaît dans l’Enfant de la crèche à Noël.

En cette fête de l'Épiphanie, l'Évangile selon Matthieu nous rappelle l'événement extraordinaire de la venue des mages d'Orient pour adorer l'Enfant Jésus. Ces hommes sages sont venus de loin, guidés par une étoile brillante, à la recherche du Roi des Juifs qui était né. Ils avaient voyagé pendant des jours, peut-être même des semaines, animés par la quête de la lumière, la quête de la vérité.

Cette fête célèbre l'universalité du salut offert à toutes les nations. Nous célébrons donc aujourd’hui la manifestation ou la révélation du Christ lumière pour toutes les nations. En ce jour, nous célébrons la lumière et la manifestation de la grâce de Dieu à travers la visite des mages venus de l'Orient pour adorer l'Enfant Jésus.

L'Évangile selon Matthieu nous raconte cette histoire extraordinaire. Les mages, des sages et des chercheurs, ont été guidés par une étoile, une lumière céleste qui les a conduits jusqu'à Jérusalem, puis à Bethléem, où l'enfant Jésus reposait avec Marie et Joseph.

Ce récit de l'Épiphanie nous enseigne plusieurs leçons essentielles pour notre propre cheminement spirituel.

Tout d'abord, les mages nous rappellent la quête de sens et de vérité présente dans le cœur de chaque être humain. Ils étaient des chercheurs de la vérité, prêts à entreprendre un voyage incroyable pour trouver Celui qu'ils savaient être le Roi des Juifs. Leur voyage est un symbole puissant de notre propre voyage spirituel, une quête pour rencontrer Dieu et trouver un sens plus profond à notre existence.

Deuxièmement, l'étoile qui a guidé les mages représente la lumière de Dieu qui brille dans nos vies. Elle symbolise la grâce divine qui nous guide, nous éclaire et nous montre le chemin vers Jésus. Tout comme les mages ont suivi l'étoile, nous sommes invités à suivre la lumière de Dieu dans nos vies, à nous laisser guider par sa présence qui nous conduit vers la rencontre avec Jésus.

Enfin, la réponse des mages à la vue de l'Enfant Jésus est d'une grande importance. Ils se prosternent, offrent des présents précieux et adorent cet enfant humble né dans une étable. Leur réaction nous enseigne l'attitude de l'adoration et de l'offrande. En venant devant Jésus avec humilité et gratitude, ils reconnaissent sa royauté et son importance dans leur vie.

En cette Épiphanie, demandons-nous si nous sommes disposés à entreprendre notre propre voyage vers Jésus, à suivre la lumière de Dieu qui nous guide et à répondre à sa présence dans nos vies avec une adoration sincère et l’offrande de nos cœurs.

"Quelle est la vérité?" » était la question profonde que Pilate posa au Sauveur lorsqu’il fut amené devant lui. Nous savons la réponse : Jésus est la vérité, le chemin et la vie.

Soyons comme les mages, des chercheurs de la vérité divine, des adorateurs reconnaissant la présence de Dieu parmi nous et des porteurs de lumière dans ce monde qui vit dans l’obscurité. Que cette célébration de l'Épiphanie renouvelle notre désir de marcher à la suite de Jésus, la vérité et la Lumière du monde.


Homélie Sainte Famille BAuteur : Père Arturo

La Sainte Famille B

En ce jour de la fête de la Sainte Famille, nous célébrons un modèle intemporel de l'amour, de la dévotion et de l'unité. La Sainte Famille, composée de Jésus, Marie et Joseph, nous offre un exemple concret de foi, d'humilité et de dévouement les uns envers les autres. La famille de Nazareth est l'exemple pour toutes les familles car elle est la seule parfaite, toutes nos familles sont plus ou moins dysfonctionnelles. Dans la maison de Joseph et de Marie, il n’y avait ni cris, ni bagarres, ni jalousie ni envie, seulement paix, harmonie et joie.

Dans l'évangile selon Luc, nous trouvons un passage magnifique qui décrit un moment crucial dans la vie de Jésus, Marie et Joseph. Ce passage nous plonge dans la présentation de Jésus au Temple et la rencontre avec Syméon et Anne. La présentation de Jésus au Temple est un acte rituel de purification, conforme à la loi juive. C'est un moment où Joseph et Marie accomplissent scrupuleusement les traditions religieuses de leur époque. Ils se rendent au Temple avec leur précieux fils, Jésus, pour l'offrir à Dieu.

Imaginez l'étonnement de Joseph et de Marie en élevant Jésus, le Fils de Dieu, dans la simplicité d'une famille ordinaire. Leur vie quotidienne était remplie de travail, de responsabilités et de joies partagées. Ils ont fait face à des défis, mais ils ont trouvé la force dans leur foi et leur amour les uns pour les autres.

Joseph, l'homme juste, a été un père aimant et protecteur pour Jésus, lui enseignant les valeurs humaines et spirituelles. Marie, pleine de grâce, a été le pilier de force et le modèle de tendresse et de dévotion pour son fils. Ensemble, ils ont créé un foyer où l'amour, la paix et la foi étaient au centre de tout.

L’Evangile nous invite à réfléchir sur la manière dont nous accueillons les moments de rencontre avec Dieu dans nos propres vies. Comme Syméon et Anne, sommes-nous ouverts et attentifs aux signes de la présence de Dieu parmi nous ? Sommes-nous prêts à reconnaître et à accueillir le Christ dans nos vies ?

La Sainte Famille nous rappelle l'importance des liens familiaux, de l'amour inconditionnel et du soutien mutuel. Elle nous enseigne que même dans les moments difficiles, lorsque nous faisons face à des défis et des incertitudes, la foi, la patience et l'amour peuvent nous guider vers la lumière.

En suivant l'exemple de la Sainte Famille, nous sommes encouragés à cultiver des relations empreintes d'amour, de respect et de compréhension au sein de nos propres familles. Nous sommes invités à prendre soin les uns des autres, à pardonner, à écouter et à grandir ensemble dans la foi.

En cette journée spéciale, que nous puissions nous inspirer de la Sainte Famille pour construire des foyers où règnent la paix, la bienveillance et la solidarité. Puissions-nous trouver force et réconfort dans nos familles, et que nos vies reflètent les valeurs sacrées que la Sainte Famille nous a transmises.

Que la grâce de la Sainte Famille soit avec nous, nous guidant sur le chemin de l'amour et de la compassion, maintenant et toujours. Amen.


Homélie IV° avent BAuteur : Père Arturo

IV Dimanche Avent B

En ce quatrième dimanche de l'Avent, nous célébrons le dernier dimanche avant Noël. C'est un moment d'attente et d'espérance, où nous nous préparons à accueillir la lumière de la naissance de Jésus Christ dans nos vies.

Le récit de l'Évangile d'aujourd'hui nous présente l'annonce de l'ange Gabriel à Marie, une jeune fille humble et choisie par Dieu pour porter en elle le Fils de Dieu. Cet événement extraordinaire, l'Annonciation, est un moment de foi, d'obéissance et de disponibilité totale à la volonté de Dieu.

Marie, malgré sa surprise initiale, accueille la parole de l'ange avec confiance et humilité. Elle dit : "Je suis la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi selon ta parole." Cette réponse révèle une totale ouverture à la volonté divine, un abandon confiant à ce que Dieu attendait d'elle.

De même, dans nos vies, Dieu nous appelle à être ouverts à Sa volonté, même lorsque cela va au-delà de notre compréhension ou de nos plans. Il nous invite à dire "oui" à Sa présence dans nos vies, à être disponibles pour accueillir Sa lumière et Son amour.

Nous sommes souvent préoccupés par nos propres projets, nos désirs et nos préoccupations quotidiennes. Mais en ce temps de l'Avent, rappelons-nous que Dieu a un plan pour chacun de nous, un plan d'amour, de paix et de salut.

Le temps de l'Avent nous aide à nous préparer à fêter Noël. Depuis le début du temps de l’Avent nous avons partagé les attentes de Jean-Baptiste, le Précurseur, et, ce matin, nous nous tenons tout près de Marie. Nous sommes nous aussi visités par l’ange qui vient de la part de Dieu nous annoncer que désormais nous sommes choisis comme demeures de Dieu.

Lorsque nous nous retrouverons à Noël autour de la crèche nous ne ferons pas autre chose que de nous agenouiller devant un enfant qui est le Sauveur du monde, le Fils de Dieu qui établit sa demeure parmi nous : « Emmanuel » Dieu avec nous. Sa faiblesse nous montre comment notre Dieu se penche avec amour sur notre humanité. Il se fait présent dans nos vies sans coups d'éclats, simplement. Il demeure en nous comme dans la crèche et il nous attend comme il a attendu les bergers et les mages à Bethléem.

Les lectures de ce matin nous permettent de dégager comme piste de méditation le thème de la demeure de Dieu parmi nous. Cette demeure a pris un visage humain en David et en Marie. Elle peut aussi prendre ton visage ou le mien. Tu es toi-même appelé à être une demeure pour l’enfant qui naîtra et ainsi le mystère de Noël sera pour toi celui d’une nouvelle naissance du Verbe de Dieu dans ta vie et dans celles des personnes qui te côtoieront durant le temps des Fêtes.

Alors, comment pouvons-nous, comme Marie, être ouverts à la volonté de Dieu dans nos vies ? Comment pouvons-nous nous préparer à accueillir pleinement la naissance de Jésus dans nos cœurs ?

Premièrement, prenons le temps de la prière et de la réflexion. Ouvrons nos cœurs à Dieu, écoutons Sa parole et demandons la grâce d'être attentifs à Sa volonté.

Deuxièmement, pratiquons la charité et la générosité envers les autres. En posant des gestes concrets d'amour et de service, nous nous préparons à accueillir le prince de la paix.

Enfin, cultivons l'espérance. Même dans les moments difficiles, gardons confiance en la bonté de Dieu. L'avènement de Jésus est un rappel puissant que Dieu est toujours présent parmi nous, que Sa lumière brille dans les ténèbres.

En ce quatrième dimanche de l'Avent, ouvrons nos cœurs à l'action de Dieu. Comme Marie, soyons prêts à dire "oui" à Sa volonté et à accueillir Jésus avec foi et humilité. Que cette période de préparation nous conduise à une rencontre plus profonde avec le Christ qui vient nous apporter la joie et la paix véritables.


Homélie Noël BAuteur : Père Arturo

Nativité de Notre-Seigneur Jésus Christ - B

Chers frères et sœurs, en cette nuit sainte, nous sommes réunis pour célébrer la naissance de notre Sauveur, Jésus-Christ. L'Évangile que nous venons d'entendre nous plonge au cœur de l'événement le plus extraordinaire de l'histoire de l'humanité : la venue du Fils de Dieu parmi nous.

Luc nous raconte sobrement les circonstances de cette naissance : Joseph et Marie se rendent à Bethléem conformément au décret de recensement de l'empereur Auguste. Et c'est là, dans l'humilité d'une étable, que Marie met au monde son fils, qu'elle enveloppe de langes et dépose dans une mangeoire.

Cette scène simple et humble nous rappelle que Dieu choisit souvent le plus modeste pour manifester Sa grandeur. Il ne naît pas dans un palais, entouré de luxe et de richesses, mais dans la simplicité et la pauvreté d'une étable. Dieu se fait homme parmi nous pour partager notre humanité dans toute sa réalité, pour nous rejoindre là où nous sommes.

L'annonce de cette naissance ne se fait pas aux grands de ce monde, mais à des bergers, des hommes simples veillant sur leurs troupeaux. Un ange du Seigneur leur apparaît, et la gloire de Dieu les entoure. L'ange leur annonce une grande nouvelle : "Aujourd'hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur."

Cette annonce est une source de joie pour tous les hommes et femmes de bonne volonté. En Jésus, Dieu vient offrir la lumière dans nos ténèbres, l'espérance dans nos désespoirs, et la paix dans nos tourments.

Noël est le moment où Dieu se donne à nous, où il nous offre Son amour d'une manière tangible et concrète. Il vient nous rappeler que Son amour est pour tous, que personne n'est exclu de Sa grâce et de Sa miséricorde.

En cette nuit sainte, rappelons-nous que la naissance de Jésus n'est pas seulement un événement du passé, mais une réalité vivante et présente. C'est une invitation à accueillir Jésus dans nos vies aujourd'hui, à ouvrir nos cœurs à Sa présence et à partager Son amour avec ceux qui nous entourent.

Que cette célébration de Noël nous remplisse de gratitude pour le don merveilleux de Jésus, le Sauveur venu nous apporter la lumière, la joie et la paix. Puissions-nous, comme les bergers, répondre à cet appel à la joie en proclamant la gloire de Dieu et en partageant l'amour qu'Il nous offre. Joyeux Noël à tous !


Homélie III° avent BAuteur : Père Arturo

III Dimanche Avent B

En ce troisième dimanche de l'Avent, la liturgie nous invite à la joie. C'est le dimanche de la joie, également appelé "Gaudete" en latin. C'est un appel à la joie profonde, une joie qui va au-delà des circonstances extérieures, car elle est enracinée dans notre foi en Dieu. Nous sommes invités à nous réjouir, car la venue du Seigneur est proche.

La joie chrétienne n'est pas simplement un sentiment passager basé sur des circonstances favorables, mais une profonde certitude en la présence active de Dieu dans nos vies. C'est une joie qui émerge de notre foi en Jésus-Christ, celui qui est venu pour apporter la libération, la rédemption et la joie éternelle.

Dans la première lecture, le prophète Isaïe proclame : "Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu." Cette joie découle de la reconnaissance de la bonté et de la fidélité de Dieu envers son peuple. Elle transcende les difficultés et les épreuves, car elle repose sur la confiance en Dieu. La joie chrétienne ne consiste pas à rire tout le temps comme un fou, mais bien plutôt à vivre de la profonde certitude que le Christ est en moi, qu’il est ma force et ma joie, que sa lumière éclaire mon chemin, dissipe mes doutes et chasse mes peurs. Il est triste de voir tant de gens dans la rue avec des visages défigurés par l'amertume et la tristesse à cause d'un cœur dur, froid et vide.

Nous entendons les paroles de saint Paul dans la lettre aux Thessaloniciens : "Soyez toujours dans la joie." Cette exhortation ne nous invite pas simplement à ressentir une satisfaction momentanée, mais à cultiver une attitude intérieure de gratitude et de confiance en Dieu, quelle que soit notre situation.

Jean-Baptiste, dans l'Évangile, annonce la bonne nouvelle de la venue du Messie, celui qui apporte la joie véritable. Sa mission est de préparer les cœurs pour accueillir cette source de joie, cette lumière qui dissipera les ténèbres de nos vies. Jean-Baptiste, dans l'Évangile, est décrit comme une voix qui crie dans le désert. Il annonce la venue imminente du Messie, celui qui apportera la vraie joie, la libération et la rédemption. Son message est un appel à la préparation intérieure, à se tourner vers le Christ, source de joie.

La joie dont parle l'Écriture est une réponse à la présence aimante de Dieu dans nos vies, même au milieu des difficultés. Cette joie découle de la certitude que Dieu est avec nous, qu'il nous soutient et qu'il agit pour notre bien.

En ce temps d'Avent et en tout temps, nous sommes appelés à être des porteurs de joie. Une joie qui s'enracine dans notre relation avec Dieu et qui se répand autour de nous. En vivant cette joie, nous devenons des témoins de l'amour et de l'espérance que le Christ apporte au monde. Mais parfois, il peut être difficile de ressentir cette joie, surtout dans des périodes de peine ou de difficultés. La joie chrétienne n'est pas déterminée par nos circonstances extérieures, mais par la présence constante et aimante de Dieu à nos côtés.

L'Avent nous rappelle que notre joie n'est pas basée sur les possessions matérielles ou les succès extérieurs, mais sur la présence de Dieu dans nos vies. C'est une joie qui s'épanouit lorsque nous cultivons une relation profonde avec le Christ.

Cette joie n'est pas égoïste; elle se partage. En vivant la joie du Christ, nous devenons des canaux par lesquels cette joie se répand dans nos familles, nos communautés et le monde entier. En étant des témoins de cette joie, nous attirons les autres vers la lumière et l'espérance que le Christ apporte.

En ce troisième dimanche de l'Avent, cultivons la joie dans nos vies. Ouvrons nos cœurs à la grâce du Christ, qui est la source ultime de notre joie. Soyons des témoins de cette joie dans nos actions, nos paroles et nos relations. Que cette joie qui émane de la venue imminente du Christ remplisse nos cœurs et transforme nos vies. Que nous soyons des signes vivants de cette joie qui transcende toutes les difficultés, révélant au monde la présence lumineuse et salvatrice du Seigneur.

Prions pour que cette joie transforme nos vies et nous permette de vivre dans l'espérance et la confiance en Dieu, même au milieu des difficultés. Que cette joie du Seigneur soit notre force et notre réconfort, nous guidant à travers les moments de joie et de peine, et nous rappelant toujours que la présence du Christ est notre plus grande source de réjouissance.


Homélie 2° avent BAuteur : Père Arturo

II Dimanche Avent B

Frères et sœurs, en ce deuxième dimanche de l'Avent, la voix de Jean-Baptiste, le précurseur qui annonce la venue du Christ, résonne puissamment dans le désert : "Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers." Jean-Baptiste nous appelle à la conversion, à préparer nos cœurs pour accueillir la venue du Christ.

Aujourd’hui, nous sommes invités à réfléchir à nos propres déserts intérieurs, ces endroits de nos vies qui ont besoin de la grâce régénératrice de Dieu. Ces déserts peuvent être des zones de sécheresse spirituelle, des moments de doute ou des aspects de nos vies où règnent l'égoïsme et l'indifférence.

La mission de Jean-Baptiste résonne encore aujourd'hui : nous sommes appelés à aplanir les chemins du Seigneur. Cela signifie non seulement se repentir de nos péchés, mais aussi ouvrir nos cœurs à la transformation divine, à la venue du Christ qui apporte la guérison et la rédemption. C'est un appel à rendre nos vies conformes à l'évangile, à redresser ce qui est tordu, à lisser ce qui est rugueux dans nos relations et nos comportements.

Comme je vous l’avais dit dimanche dernier, l'Avent est un temps propice pour un examen de conscience, pour renouveler notre engagement envers Dieu et envers nos frères et sœurs. C'est un temps qui nous est donné pour nous détourner des voies de l'égoïsme et de l'injustice, et pour nous tourner vers la charité, la justice et la miséricorde.

La préparation du chemin du Seigneur signifie se débarrasser de tout ce qui nous empêche de rencontrer pleinement le Christ. Cela peut impliquer de laisser derrière nous des habitudes néfastes, des rancunes, des attitudes égoïstes, pour laisser place à l'amour, à la compassion et à la générosité.

Dans nos vies souvent agitées, l'Avent nous offre un temps de recul pour réfléchir à la façon dont nous vivons notre relation avec Dieu et avec les autres. C'est une période pour raviver notre foi, pour renouveler notre engagement envers le Christ et pour nous ouvrir à sa grâce transformante.

Jean-Baptiste nous rappelle que la venue du Christ n'est pas seulement un événement du passé, mais une réalité continue dans nos vies. Le Christ vient à nous aujourd'hui, dans nos joies et nos peines, dans nos victoires et nos défis. Il vient pour nous transformer et nous restaurer. Son message est une invitation à la conversion, à changer nos cœurs et nos vies pour accueillir pleinement le Christ. C'est un appel à nous préparer à sa venue non seulement à Noël, mais aussi à chaque instant où il frappe à la porte de nos vies.

En ce deuxième dimanche de l'Avent, demandons au Seigneur la grâce de préparer nos cœurs à le recevoir pleinement. Qu'il nous aide à éliminer les obstacles qui entravent notre relation avec lui et avec notre prochain. Qu'il nous donne la force d'être des témoins de son amour et de sa lumière dans un monde qui a grand besoin d'espérance.

Puissions-nous répondre à l'appel de Jean-Baptiste en préparant activement le chemin du Seigneur dans nos vies, afin que sa venue nous trouve prêts et joyeux de l'accueillir. Que notre conversion et notre préparation nous ouvrent à une rencontre plus profonde avec le Christ, qui est notre véritable espérance et notre réconfort dans tous les déserts de notre existence.

Que l’Esprit Saint nous donne la force et la persévérance nécessaires pour rectifier nos vies et nous ouvrir à la présence du Christ qui vient nous sauver. Que nos cœurs, nos maisons et nos communautés deviennent des lieux où le Christ est accueilli avec joie et amour. Que notre préparation active nous permette de vivre Noël non seulement comme un événement du passé, mais comme une réalité vivante et transformante dans nos vies aujourd'hui. Amen.

 


Homélie I° avent BAuteur : Père Arturo

I Dimanche de l’Avent B

En ce premier dimanche de l'Avent, nous entrons dans un temps d'attente et de préparation. C'est le moment où nous nous préparons à accueillir à nouveau la lumière du Christ dans nos vies et dans le monde. Nous commençons ce voyage spirituel vers Noël, non seulement pour célébrer la naissance du Christ il y a des siècles, mais aussi pour accueillir pleinement sa présence aujourd'hui dans nos vies.

C’est notre retraite annuelle de l’Avent qui, comme le Carême, nous prépare à un événement énorme dans notre vie. Pendant l'Avent, nous nous préparons à la naissance du Christ et pendant le Carême, à sa passion, sa mort et sa résurrection. Quatre semaines pour préparer notre cœur par une bonne confession, augmenter notre temps de prière devant le Saint-Sacrement, ou faire une œuvre de miséricorde auprès de ceux qui ont moins que nous.

L'Avent est une période de tension joyeuse entre le déjà là et le pas encore là. Nous célébrons la venue du Christ dans le passé, nous attendons sa venue dans notre présent et nous espérons sa venue à la fin des temps. C'est un temps de vigilance et d'espérance, un temps où nous sommes invités à nous recentrer sur l'essentiel.

Les lectures d'aujourd'hui nous rappellent de rester éveillés, de veiller attentivement, car le Christ viendra à l'improviste. Cela ne signifie pas seulement attendre passivement, mais cela implique aussi une préparation active de nos cœurs et de nos esprits.

L'Avent est un moment pour nous interroger sur nos vies, sur la qualité de nos relations, sur nos choix et nos priorités. C'est une invitation à nous détourner des distractions du monde pour nous tourner vers l'essentiel, vers la lumière du Christ qui apporte l'espoir et la paix.

Ce temps nous offre une occasion précieuse de réfléchir sur notre propre préparation intérieure à la rencontre avec le Christ. Il nous invite à nous tourner vers l'avenir avec espérance, à éclairer nos vies de la lumière de la foi, de l'amour et de la paix.

Comme les prophètes de l'Ancien Testament, nous sommes appelés à écouter la voix de Dieu, à être attentifs à ses signes dans nos vies. Soyons des veilleurs vigilants, prêts à accueillir la présence du Christ dans notre quotidien, dans les moments simples comme dans les moments cruciaux.

En ce premier dimanche de l'Avent, engageons-nous à vivre ce temps dans une attente active, à préparer nos cœurs pour accueillir le Christ qui vient. Puissions-nous faire de cette période une opportunité de renouvellement spirituel, une occasion de croissance dans la foi, l'amour et la charité envers les autres. Prenons le temps de nous arrêter et de réfléchir à nos priorités. Où est notre cœur? Dans quelles directions nous conduit-il? Demandons à Dieu de nous aider à nous débarrasser de tout ce qui nous encombre, pour faire de la place à sa présence transformante.

Préparer nos cœurs à Noël signifie aussi rayonner de cette espérance et de cette joie autour de nous. C'est le moment propice pour partager l'amour du Christ avec ceux qui en ont le plus besoin, pour être des témoins de sa lumière dans un monde souvent obscurci par la peur et la division.

Que nos prières, nos actions et nos préparatifs matériels témoignent de notre désir ardent d'accueillir le Christ dans nos vies. Préparons-nous avec zèle et espérance, afin que sa venue nous trouve prêts à recevoir son amour infini et à le répandre autour de nous.

Que cette période de l'Avent soit pour nous un temps de conversion et de préparation intérieure, afin que nous soyons prêts à accueillir avec joie la naissance du Christ dans nos vies et dans le monde. Amen.


Homélie Christ roi AAuteur : Père Arturo

Solennité du Christ, Roi de l’univers – Année A

Nous sommes arrivés à la fin de l'année liturgique. Dimanche prochain, nous célébrerons le premier dimanche de l'Avent et, une fois de plus, nous nous préparons avec enthousiasme à la naissance de notre Seigneur. Aujourd'hui plus que jamais, nous devons vivre avec espoir.

En cette journée spéciale de la fête du Christ Roi de l'univers, nous nous rassemblons pour célébrer la souveraineté de Jésus-Christ sur toute la création. Cette fête n'est pas seulement une reconnaissance de sa royauté, mais une invitation à réfléchir à ce que cela signifie pour chacun de nous.

Les évangiles donnent à Jésus plusieurs titres. Le plus fréquent est celui de Christ qui veut dire l’Envoyé de Dieu, le Messie. On dit donc couramment Jésus-Christ en parlant de Jésus. D’autres noms sont aussi utilisés comme Berger, Maître, Serviteur, Fils de l’homme, Fils de Dieu, Agneau de Dieu etc. Aujourd’hui, nous fêtons Jésus par son titre de Roi. Ce titre il se l’est attribué lui-même lorsque durant sa passion Pilate lui a demandé «Es-tu le roi des Juifs? » et qu’il lui a répondu: « C’est toi-même qui le dis. »

Jésus a enseigné l'amour, la compassion et le service désintéressé. La royauté du Christ transcende les frontières terrestres, elle dépasse les limites de tout pouvoir humain. Son règne n'est pas fondé sur la domination, mais sur la générosité, la justice et la miséricorde. Il est le Roi qui nous invite à nous tourner vers les autres avec empathie et à cultiver des relations basées sur l'amour et le respect.

Le Christ Roi nous rappelle que chaque personne est précieuse et aimée de Dieu. En reconnaissant sa souveraineté, nous sommes appelés à imiter ses actions dans notre quotidien, à être des artisans de paix, des bâtisseurs de ponts entre les différences et des sources de réconfort pour ceux qui souffrent.

En regardant la vie de Jésus, nous voyons un roi qui se tient aux côtés des marginaux, qui guérit les malades, qui pardonne aux pécheurs et qui tend la main aux exclus de la société. Son royaume est celui de la grâce, de la rédemption et de la paix.

Le règne du Christ nous exhorte à être des témoins de justice et de vérité, à nous engager pour les opprimés, à tendre la main à ceux qui sont dans le besoin et à être des instruments de réconciliation dans un monde souvent divisé.

Jésus nous appelle à examiner nos propres cœurs et à voir s'ils reflètent véritablement ses valeurs. Sommes-nous des instruments de paix et d'amour dans nos communautés? Avons-nous le courage de nous lever pour la justice et la dignité de chaque personne, peu importe sa condition?

La royauté du Christ est un appel à l'action, à la transformation de nos vies et de notre monde. C'est un rappel que chacun de nous a un rôle à jouer dans l'établissement du royaume de Dieu ici sur terre.

En cette fête du Christ Roi, engageons-nous à suivre l'exemple du Christ dans nos actions quotidiennes. Cherchons à répandre son amour, sa compassion et sa justice partout où nous allons. Puissions-nous être des témoins vivants de son règne, des porteurs de lumière dans les ténèbres et des agents de changement dans un monde qui a grand besoin d'espoir et de réconciliation.

Que la souveraineté du Christ soit non seulement une réalité célébrée aujourd'hui, mais qu'elle soit également une source d'inspiration et de motivation pour nous tous, afin que nous puissions construire un monde où l'amour et la paix du Christ règnent en maître.

Puissions-nous, en cette fête du Christ Roi, renouveler notre engagement à suivre ses enseignements, à répandre son amour et à construire un monde où sa justice et sa paix règnent.

Ensemble, laissons le règne du Christ imprégner nos cœurs et nos actions, pour que chaque jour devienne une célébration de son amour et de sa grâce dans nos vies et dans le monde entier. Amen.


Homélie XXXIII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXXIII Dimanche ordinaire A

Les lectures de la Parole de Dieu nous invitent à réfléchir sur la réalité de la fin des temps, sur la venue du Fils de l'homme et sur la manière dont nous devons vivre en anticipation de cet événement ultime. Sommes-nous des serviteurs fidèles et diligents, ou sommes-nous paralysés par la peur et l'inaction ?

L'Évangile d'aujourd'hui nous présente les paroles de Jésus concernant son retour. Il utilise l'image du maître qui confie ses biens à ses serviteurs avant de partir en voyage. Chacun reçoit des talents en fonction de ses capacités. Les deux premiers serviteurs investissent et multiplient leurs talents, mais le troisième, par peur, préfère enterrer le talent reçu. À son retour, le maître loue les deux premiers serviteurs pour leur fidélité et les récompense, tandis que le troisième est condamné pour sa peur et son inaction.

Cette parabole nous rappelle que nous sommes tous des gestionnaires des dons de Dieu. Chacun de nous a reçu des talents, des compétences, des opportunités, et même du temps. Dieu nous confie ces dons non seulement pour notre propre bénéfice, mais pour le bien de son Royaume. Il nous invite à utiliser ces dons avec sagesse, créativité et générosité.

Le troisième serviteur, par sa peur, nous met en garde contre une tentation qui peut toucher chacun de nous. La peur de l'échec, la peur du jugement, la peur du regard des autres peuvent nous paralyser et nous empêcher de vivre pleinement selon la volonté de Dieu. Dieu ne nous appelle pas à vivre dans la peur, mais dans la confiance et la fidélité.

Dans cette parabole, Jésus évoque la scène du jugement final, où les brebis et les boucs sont séparés les uns des autres. Notre relation avec Dieu ne doit pas se limiter à des pratiques religieuses formelles, mais doit se manifester par notre amour concret envers notre prochain.

Nous sommes invité à anticiper la venue du Fils de l'homme. La venue de Jésus ne doit pas être pour nous une source de peur, mais une source de joie et d'espérance. C'est une invitation à être conscients de nos choix et de nos actions, car un jour, nous rendrons compte de la manière dont nous avons utilisé les dons que Dieu nous a confiés.

En ce dimanche, méditons sur les dons que Dieu nous a confiés et sur la manière dont nous les utilisons. Demandons à Dieu la grâce de vivre avec foi, confiance et générosité, en anticipant la venue du Fils de l'homme et en investissant nos talents pour la gloire de Dieu. Demandons-nous si nous sommes des brebis qui écoutent la voix du Bon Berger et répondent à son appel à l'amour concret, ou si nous sommes comme les boucs, distraits par nos propres préoccupations, indifférents aux besoins de ceux qui nous entourent.

Que cette période de l'année liturgique nous inspire de vivre de manière éveillée, en utilisant nos dons avec sagesse et en répondant à l'appel de Dieu avec courage et engagement. Jésus nous enseigne que le service envers les autres est un moyen privilégié de rencontrer le Christ dans notre quotidien. Le Christ affamé, assoiffé, nu, étranger, malade et en prison peut se présenter à nous de nombreuses façons, et chaque rencontre représente une opportunité de manifester notre amour pour Dieu à travers l’amour pour notre prochain.

Que cette parabole résonne en nous comme un appel à la conversion, à un amour actif et à une préparation constante pour le jour où nous rendrons compte de notre vie devant le Seigneur. Puissions-nous, par la grâce de Dieu, devenir des disciples authentiques du Christ, aimant et servant nos frères et sœurs avec le même amour que le Christ nous a témoigné.


Homélie XXXII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXXII Dimanche ordinaire A

L’histoire des jeunes filles prévoyantes et des jeunes filles insouciantes est bien étrange pour des oreilles du 21e siècle. Les jeunes filles d’aujourd’hui ne s’y retrouvent nullement. C’est donc un récit marqué par les usages du temps de Jésus. Nous trouvons un très beau message concernant la venue de Jésus aujourd’hui dans nos vies et à la fin des temps.

La parabole fait référence aux rites des noces en Palestine au temps de Jésus. Deux cortèges de jeunes filles sont mis en scène. Leurs déplacements s’expliquent par le fait que l’époux quittait sa résidence pour venir rencontrer celle qu’il épousait. Celle-ci l’attendait. Ses amies, ses dames d’honneur, formaient un cortège pour aller chercher le futur époux et l’accompagner aux noces. En ce dimanche, nous sommes confrontés à l'enseignement de Jésus sur la parabole des dix vierges. Cette parabole nous invite à réfléchir sur la vigilance, la préparation, et la rencontre avec le Seigneur.

L'histoire des dix vierges est simple mais profonde. Elles attendent l'arrivée du marié pour les noces. Cependant, tandis que la moitié d'entre elles est bien préparée, ayant apporté suffisamment d'huile pour leurs lampes, l'autre moitié est négligente et manque d'huile. Les vierges imprudentes sont contraintes de partir pour acheter de l'huile. Pendant leur absence, le marié arrive et entre dans la salle des noces avec les vierges sages. À leur retour, les vierges imprudentes sont exclues de la fête.

Cette parabole met en évidence l'importance de la préparation et de la vigilance spirituelle. Les vierges sages symbolisent ceux qui sont prêts à rencontrer le Seigneur à tout moment, tandis que les vierges imprudentes représentent ceux qui négligent leur préparation spirituelle.

Nous vivons souvent nos vies en nous laissant distraire par les préoccupations du monde, en repoussant notre engagement spirituel, en pensant que nous avons encore du temps pour nous rapprocher de Dieu. Mais la réalité est que la vie est fragile, et personne ne connaît le moment de sa rencontre avec le Seigneur. C'est pourquoi Jésus nous exhorte à rester vigilants, à être prêts en tout temps, et à ne pas remettre à plus tard notre relation avec Dieu.

Les images de cette parabole sont faciles à comprendre pour nous. L’époux représente, bien sûr, Jésus lui-même qui veut s’unir à chaque disciple dans une relation personnelle d’amour et de fidélité où toute la vie de la personne est engagée. La lampe dans la parabole symbolise notre foi et notre relation avec Dieu. L'huile est le symbole de la grâce divine. Nous devons nous efforcer de maintenir notre foi vivante, de nourrir notre relation avec Dieu, et de rester ouverts à sa grâce. Cela signifie prier régulièrement, méditer sa Parole, recevoir les sacrements, et vivre notre foi dans nos actions quotidiennes.

Les jeunes filles insouciantes ne sont pas de mauvaises personnes. Elles vont à la recherche de l’Époux qui est Jésus lui-même comme nous l'avons dit. Elles écoutent la Parole de Dieu mais celle-ci ne s’enracine pas comme Jésus le dira dans la parabole du semeur. Leurs actes ne correspondent pas à cette Parole. L’Évangile se résume à des mots. Il ne remplit pas leur vie comme l’huile remplit la lampe. Elles crient « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous », mais là encore ce sont des mots. Et on peut penser que Jésus leur dira comme il l'a fait pour les pharisiens «ce n’est pas en me disant: ‘ Seigneur! Seigneur!’ qu’on entrera dans le le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux ».

Voilà le chemin qu’ont choisi les jeunes filles prévoyantes. Elles sont prêtes à suivre l’Époux et à aller jusqu’au bout. Elles remplissent leur lampe de cette huile qu'est l’Évangile lui-même. Cela signifie qu’elles savent reconnaître les appels et les passages de l’Époux. Voilà notre modèle de disciples. C’est un chemin qui n'est pas toujours facile, car l’Évangile vient déranger nos sécurités, brûler nos égoïsmes, élargir nos étroitesses et ouvrir nos cœurs.

La parabole des dix vierges nous rappelle que la négligence spirituelle peut avoir des conséquences graves. La porte peut se fermer si nous ne sommes pas prêts à rencontrer le Seigneur. Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation où il est trop tard pour retourner à Dieu.

Demandons à Dieu la grâce de la vigilance et de la préparation spirituelle. Puissions-nous prendre au sérieux notre relation avec Dieu, en investissant du temps et de l'énergie pour maintenir notre foi vivante et notre lampe allumée. Ainsi, nous serons prêts à rencontrer le Seigneur lorsque le moment viendra, et nous entrerons dans la joie de sa présence éternelle.


Homélie XXXI° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXXI Dimanche ordinaire A

L'Évangile d'aujourd'hui nous offre, une nouvelle fois, un avertissement de Jésus concernant l'hypocrisie et la vanité des pharisiens et aussi la nôtre. Jésus nous invite à fuir l’hypocrisie et à développer l’humilité dans nos vies et dans nos communautés chrétiennes. Jésus s'adresse à ses disciples et à la foule, en les avertissant de ne pas suivre l'exemple des pharisiens. Il met en garde contre l'attitude de ceux qui recherchent la reconnaissance et les honneurs, mais qui négligent l'essentiel de la foi.

Jésus commence par dire : "Les scribes et les pharisiens siègent dans la chaire de Moïse; faites donc et observez tout ce qu'ils peuvent vous dire. Mais n'agissez pas d'après leurs actes, car ils disent et ne font pas." Jésus reconnaît l'importance de l'autorité des scribes et des pharisiens dans l'interprétation de la Loi, mais il met en garde contre leur incohérence. Ils enseignent bien la Loi, mais ne la mettent pas en pratique. Ils recherchent la louange des hommes et portent des signes extérieurs de piété, mais leur cœur est loin de Dieu.

Jésus nous exhorte à ne pas chercher les titres honorifiques ou les marques de distinction. Il dit : Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n'avez qu'un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas appeler maîtres, car vous n'avez qu'un seul maître, le Christ." Jésus nous rappelle que la véritable autorité réside en Dieu seul, et que nous sommes tous égaux en tant que frères et sœurs en Christ.

La leçon essentielle de cet Évangile est que l'humilité est au cœur de la foi authentique. L'attitude des pharisiens, qui cherchent la reconnaissance et les honneurs, est contraire à l'esprit de l'Évangile. La foi véritable se manifeste dans l'humilité, dans le service désintéressé, et dans la recherche de la volonté de Dieu plutôt que des louanges des hommes.

En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à suivre son exemple d'humilité et de service. Nous devons être conscients de nos propres faiblesses et de notre besoin de la grâce de Dieu. Nous devons chercher à servir nos frères et sœurs avec amour et compassion, plutôt que de chercher des titres ou des honneurs. Notre récompense doit venir de Dieu, qui voit ce que nous faisons dans le secret de nos cœurs.

Il est important aujourd’hui que le discours chrétien ne soit pas fait seulement de mots. Nous employons volontiers les mots de « frères » et de « sœurs » pour parler de ceux et celles qui partagent notre foi et même pour tous les autres. Demandons au Seigneur au cours de cette messe que ces mots ne soient pas seulement des mots, mais qu’ils deviennent pour nous des réalités vécues concrètement.

En ce jour, réfléchissons sur notre propre attitude envers la foi. Cherchons-nous la louange des hommes, ou cherchons-nous à plaire à Dieu par notre humilité et notre service ? Demandons à Dieu la grâce de l'humilité, afin que nous puissions marcher sur le chemin de la véritable foi et de la fidélité à son enseignement.


Homélie Toussaint AAuteur : Père Arturo

Solennité de tous les saints – Année A

En ce jour de la Toussaint, nous nous réunissons pour célébrer la fête de tous les saints, une occasion spéciale pour honorer et rendre grâce pour la multitude de vies qui ont rayonné de la lumière de la sainteté. Cette fête nous rappelle que la sainteté n'est pas réservée à quelques élus, mais qu'elle est un appel pour chacun d'entre nous.

La sainteté, c'est l'objectif ultime de notre vie chrétienne. C'est une invitation à nous rapprocher de Dieu, à marcher sur le chemin de la vertu, de l'amour, et de la charité. Les saints que nous honorons aujourd'hui ne sont pas des êtres inaccessibles, mais des personnes comme vous et moi, qui ont répondu à l'appel de Dieu avec un cœur ouvert.

Les saints sont des exemples de foi vivante, de dévouement à Dieu et de service désintéressé envers leur prochain. Leur vie est un témoignage de l'amour infini de Dieu et de la possibilité de la transformation intérieure par la grâce divine.

L'apôtre Jean écrit dans sa première lettre : "Bien-aimés, nous sommes dès maintenant enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne paraît pas encore. Nous savons que lorsque cela paraîtra, nous lui serons semblables, car nous le verrons tel qu'il est." Cette promesse nous rappelle que la sainteté est un processus de croissance spirituelle qui nous rapproche de Dieu et nous transforme à son image.

Cependant, le chemin de la sainteté n'est pas sans défis. Il exige de nous de renoncer à nos attachements terrestres, de combattre le péché, de pardonner, d'aimer nos ennemis, et de servir les plus démunis. C'est un voyage exigeant, mais c'est aussi un voyage rempli de grâce et de joie.

La Toussaint nous rappelle que la sainteté est un appel pour tous, quel que soit notre âge, notre état de vie, notre passé, ou nos circonstances. Nous pouvons tous être des saints en devenir si nous répondons à l'appel de Dieu avec foi, persévérance, et amour.

En ce jour de la Toussaint, prenons un moment pour réfléchir à la vie des saints, à leur exemple, et à l'appel que Dieu adresse à chacun de nous. Demandons la grâce de grandir dans la sainteté, de répondre à l'amour de Dieu avec un amour sans limite, et de devenir des témoins vivants de la lumière divine dans un monde souvent obscur.

Que la prière des saints qui nous ont précédés résonne en nous, et nous encourage à poursuivre le chemin de la sainteté, à devenir des instruments de paix et d'amour dans ce monde qui a tant besoin de la lumière de Dieu.


Homélie XXX° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXX Dimanche ordinaire A

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous entendons l'histoire de la rencontre entre Jésus et un pharisien, un docteur de la loi. Cette rencontre nous offre une occasion précieuse de réfléchir sur la manière dont nous vivons notre foi. Jésus est interrogé par un docteur de la Loi qui veut le mettre à l'épreuve. Il lui pose la question : "Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi ?" La réponse de Jésus à cette question est cruciale, car elle résume l'essence de toute la loi et des prophètes. Il dit : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le plus grand et le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même."

Ces paroles de Jésus sont simples, mais elles contiennent une profonde sagesse spirituelle. Elles nous rappellent que l'amour est au cœur de la foi chrétienne. L'amour de Dieu et l'amour du prochain sont les deux piliers sur lesquels repose toute notre vie spirituelle.

Le premier commandement nous rappelle l'importance d'aimer Dieu de tout notre être, de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée. Cela signifie que notre amour pour Dieu ne doit pas être superficiel, mais profond et sincère. Cela signifie que Dieu doit être la priorité de notre vie, que nous devons le chercher, le suivre et lui obéir de tout notre cœur.

Le second commandement nous appelle à aimer notre prochain comme nous-mêmes. Cela signifie que nous devons traiter les autres avec respect, compassion et générosité. Nous ne devons pas seulement aimer ceux qui nous aiment en retour, mais aussi ceux qui peuvent être difficiles à aimer. C'est un appel à la charité, à la bienveillance et à la solidarité envers les autres. L'amour pour Dieu et l'amour pour notre prochain sont indissociables. En aimant Dieu de tout notre être, nous découvrons la source de notre amour pour nos semblables, et en aimant notre prochain, nous témoignons de notre amour pour Dieu.

En vivant ces deux commandements, nous accomplissons toute la Loi et les prophètes, comme Jésus le souligne. Nous ne devons pas chercher à contourner la loi ou à la rationaliser, mais plutôt à l'accomplir par l'amour. C'est un rappel que la religion ne doit pas être une série de règles rigides, mais une relation vivante avec Dieu, qui se manifeste dans l'amour envers lui et envers notre prochain.

Cependant, l'amour n'est pas simplement un sentiment ou une émotion, c'est un choix et un engagement. C'est un acte de la volonté. Aimer Dieu signifie chercher à le connaître, à le servir et à lui obéir. Aimer son prochain signifie traiter les autres avec respect, compassion et solidarité, indépendamment de leur origine, de leur statut social ou de leurs croyances.

Dans un monde souvent marqué par la division, l'égoïsme et la haine, le message de Jésus est d'une importance capitale. Il nous appelle à transcender nos différences, à nous aimer les uns les autres, à travailler pour la justice et la paix, et à être des témoins de l'amour de Dieu dans le monde.

Aujourd'hui, alors que nous réfléchissons sur ces paroles de Jésus, demandons-nous comment nous vivons ces commandements dans notre vie quotidienne. Sommes-nous véritablement engagés à aimer Dieu de tout notre cœur et à aimer notre prochain comme nous-mêmes ? Sommes-nous prêts à mettre en pratique ces enseignements dans nos actes et nos paroles ?

Enfin, l’Evangile de ce dimanche nous rappelle que l'amour est la clé de notre foi. C'est l'amour qui nous rapproche de Dieu et qui nous unit les uns aux autres. L’amour est notre loi. Puissions-nous, par la grâce de Dieu, grandir dans cet amour et le manifester dans toutes nos actions.


Homélie XXIX° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXIX Dimanche ordinaire A

Aujourd'hui, Jésus nous parle des choses du monde et des choses du ciel. Il nous invite à réfléchir sur notre relation avec Dieu et avec le monde qui nous entoure. Dans l'Évangile, les pharisiens et les partisans d'Hérode posent une question piège à Jésus : "Devons-nous payer l'impôt à César ou non ?" Ils essaient de le piéger en le forçant à choisir entre la soumission à l'autorité romaine et son enseignement religieux. Mais Jésus, dans sa sagesse, répond en demandant à voir la monnaie utilisée pour payer l'impôt, et il dit : "Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu."

La scène commence avec des préliminaires flatteurs et hypocrites de la part des pharisiens. Malgré leur désir de le voir se laisser monter la tête par leurs éloges, ceux-ci ne sonnent pas faux. Au contraire, ils tracent un portrait de Jésus que nous fait voir ce que ses contemporains voyaient en lui: un homme vrai qui ne se laisse influencer par personne et qui ne considère pas les gens selon l’apparence.

Cette réponse de Jésus a une profonde signification. Il nous rappelle que nous vivons dans le monde, mais que notre véritable citoyenneté est dans le Royaume de Dieu. Nous devons remplir nos devoirs civiques et respecter les lois du pays dans lequel nous vivons, mais en même temps, nous ne devons jamais oublier que nous sommes les enfants de Dieu et que notre vie doit être régie par la volonté de Dieu.

Rendre à Dieu ce qui est à Dieu signifie reconnaître que tout ce que nous avons, y compris notre propre vie, nous a été donné par Dieu. Cela signifie que nous devons Lui offrir nos vies, nos actions, nos pensées, et nos paroles. Cela signifie vivre selon les enseignements de Jésus, aimer notre prochain, pardonner, et faire preuve de miséricorde. « Rendre à Dieu ce qui est à Dieu » tourne le chrétien vers Celui de qui vient tout don, par qui nous avons la vie, le mouvement et l’être. Cette attitude lui fait mettre en pratique le premier commandement : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu», sans laisser de côté le second : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même».

Comment pouvons-nous appliquer ce message à nos vies aujourd'hui? Nous pouvons commencer par examiner notre propre relation avec Dieu. Sommes-nous des citoyens fidèles de Son Royaume ? Avons-nous rendu à Dieu ce qui Lui appartient ? Avons-nous placé Dieu au centre de nos vies, ou sommes-nous distraits par les préoccupations du monde?

Nous pouvons également réfléchir à notre attitude envers le monde qui nous entoure. Comment pouvons-nous contribuer à rendre ce monde meilleur, plus juste et plus aimant ? Comment pouvons-nous être de bons citoyens dans notre société tout en maintenant notre loyauté envers Dieu ?

Ce dimanche, rappelons-nous que nous vivons dans le monde, mais que nous sommes appelés à être des témoins de l'amour de Dieu dans le monde. Rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu, c'est un appel à l'équilibre, à la loyauté envers Dieu, et à la responsabilité envers notre prochain.

Prions pour que le Seigneur nous guide dans cette tâche, pour que nous puissions vivre selon Sa volonté, tout en étant des citoyens respectueux des lois du monde, et des porteurs de Son amour et de Sa vérité.


Homélie XXVIII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXVIII Dimanche ordinaire A

Aujourd'hui, les lectures de la Parole de Dieu nous rappellent l'importance de répondre à l'invitation de Dieu dans nos vies. La parabole des noces du fils du roi, tirée de l'Évangile, est une histoire puissante qui nous parle de l'amour inconditionnel de Dieu et de notre réponse à cet amour. Jésus utilise cette histoire pour nous enseigner des vérités profondes sur le Royaume des cieux, et nous inviter à une réflexion sérieuse sur notre préparation à la rencontre avec Dieu.

Dans cette parabole, le Royaume des cieux est comparé à un roi qui prépare un banquet de noces pour son fils. Il envoie ses serviteurs inviter de nombreux invités à la fête, mais ils refusent tous de venir. Face à ce rejet, le roi envoie à nouveau ses serviteurs, mais cette fois-ci, il leur dit d'inviter tout le monde, les bons comme les mauvais, pour remplir sa salle de banquet.

Dieu nous invite constamment à entrer dans son Royaume. Il nous tend la main avec amour, nous offre la grâce et la joie de la communion avec lui. Mais souvent, comme les invités de la parabole, nous sommes distraits par les affaires du monde, nous nous enfonçons dans nos préoccupations quotidiennes et nous négligeons l'invitation divine. Parfois même, nous pouvons être hostiles à cet appel, comme l'ont été les invités qui maltraitent les serviteurs du roi.

Il est important de comprendre que l'invitation de Dieu est offerte à tous, sans distinction. Elle s'adresse aux justes comme aux pécheurs, aux saints comme aux pécheurs repentants. Dieu veut que tous viennent à la fête de son Royaume.

Cependant, l'histoire prend un tournant lorsque le roi entre dans la salle du banquet et voit un homme sans habit de noces. Le roi le questionne, et cet homme reste silencieux. Le roi ordonne alors à ses serviteurs de lier cet homme et de le jeter dehors, dans les ténèbres.

Cette partie de la parabole nous rappelle l'importance de la préparation intérieure pour entrer dans le Royaume de Dieu. Les habits de noces symbolisent la conversion du cœur, la pureté, la sainteté que Dieu nous demande. Se contenter de répondre simplement à l’invitation de Dieu ne suffit pas, il faut également se préparer intérieurement, en mettant de côté nos habitudes de péché et en revêtant la justice et la sainteté. Dieu nous invite constamment à la communion avec Lui. Sa grâce et son amour sont offerts à tous, indépendamment de notre passé, de nos erreurs ou de notre statut social. Dieu est miséricordieux et nous appelle à la joie de la communion avec Lui.

Pour nous, le défi consiste à réfléchir à notre propre préparation pour le Royaume de Dieu. Sommes-nous prêts à répondre à l'invitation de Dieu, ou sommes-nous trop occupés par les préoccupations du monde ? Sommes-nous disposés à nous repentir de nos péchés et à revêtir les habits de noces de la sainteté ? Comment célébrons-nous l’Eucharistie? Venons-nous habillés pour la fête? Sommes-nous venus joyeux? Est-il évident que nous célébrons la joie de notre foi ? Sommes-nous en communion avec le Seigneur et avec nos frères?

Nous sommes invités à répondre à l'appel de Dieu, à nous convertir et à nous préparer pour la rencontre avec le Roi qui symbolise notre rencontre avec Dieu dans la vie éternelle.

Le personnage qui ne s'est pas vêtu correctement dans la parabole représente ceux d'entre nous qui acceptent l'invitation de Dieu mais ne sont pas prêts à vivre une vie en accord avec Sa volonté. Dieu nous invite à revêtir les vêtements de la sainteté et de la charité. Il ne suffit pas d'accepter l'invitation, il faut aussi changer notre vie en réponse à cet appel.

Réalisons-nous que l'Eucharistie nous engage à être des bâtisseurs d'un monde où règnent la justice et l’amour? Sinon, nous n'avons pas la bonne tenue de fête. Nous avons tous reçu l'invitation. Comment allons-nous réagir?

Rappelons-nous que Dieu nous invite tous à sa fête éternelle. Ne rejetons pas cette invitation. Préparons-nous intérieurement en renonçant au péché et en cherchant la sainteté. Que la grâce de Dieu nous aide à répondre à cet appel et à être dignes du Royaume des cieux.


Homélie XXVII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXVII Dimanche ordinaire A

Aujourd'hui, nous sommes invités à réfléchir avec une image puissante utilisée par Jésus pour nous interroger sur notre relation avec Dieu et les autres. Il y a, dans la parabole des vignerons homicides, un radicalisme qui demande quelques explications. Si on se contente de la lire avec nos sensibilités d’aujourd’hui, on n’y comprend pas grand-chose ou on la rejette carrément. Il faut donc resituer les paroles de Jésus dans leur cadre historique.

Dans la première lecture, nous entendons la belle métaphore de la vigne tirée du livre d'Isaïe. Le prophète compare le peuple d'Israël à une vigne bien-aimée que Dieu a plantée avec soin. Cependant, malgré les soins et la tendresse de Dieu, la vigne ne produit que des fruits sauvages. Le prophète exprime la tristesse de Dieu face à cette situation, soulignant que le Seigneur espérait trouver de bons fruits dans sa vigne, mais il a été déçu.

La parabole des vignerons homicides fait partie d’un ensemble qui porte sur le Royaume de Dieu parmi nous. Pour les juifs du temps de Jésus, le Royaume de Dieu s’incarne dans leur peuple d’Israël. C’est lui le Royaume de Dieu. Avec cette clé on peut relire la parabole en l’appliquant d’abord à Israël. Pour le peuple d’Israël, Dieu s’est manifesté en faisant alliance avec leur ancêtre Abraham. Comme le maître du domaine dont parle la parabole, Dieu plante et arrose sa vigne qu’est Israël par sa Parole et par ses prophètes qui enseignent le peuple. Ceux-ci sont représentés ici par les serviteurs de la parabole de ce jour.

Comme ces serviteurs, les prophètes de l’Israël ancien rappellent les lois de Dieu et les exigences de l’Alliance avec Abraham. Comme les serviteurs, ils sont persécutés et même mis à mort. Israël, la vigne du Seigneur dont il attendait de beaux raisins, en a donné de mauvais comme le dit le prophète Isaïe dans la première lecture. Mais Dieu, comme le maître du domaine, ne se décourage pas. Comme celui-ci, il leur envoie en dernier lieu son fils bien-aimé. C’est Jésus. Il subit comme le fils de l’évangile le rejet et la mort infamante sur une croix.

Si Jésus raconte cette histoire avec les images dures et violentes que nous avons lues, c’est pour frapper l’imagination de ses auditeurs et les pousser à la conversion. On doit comprendre que les images utilisées le sont pour susciter, chez ceux qui écoutent Jésus, un engagement différent de celui de leurs prédécesseurs qui ont refusé et tué les prophètes.

La parabole nous rappelle la manière dont Dieu nous a donné sa vigne, c'est-à-dire le monde, et nous a confié la tâche de prendre soin de cette création et de vivre en harmonie les uns avec les autres. La demeure du Seigneur est ouverte à tous. « Le Royaume de Dieu vous sera enlevé, dit Jésus en pensant à Israël, pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. » Cette nouvelle nation est une terre où Dieu s’emploie avec nous à faire produire la vigne. Mais comment avons-nous répondu à cette responsabilité ? Avons-nous produit de bons fruits dans la vigne du Seigneur, ou avons-nous négligé notre devoir et permis à l'égoïsme et à la violence de prévaloir ?

Cette parabole nous rappelle que Dieu attend de nous des fruits de l'amour, de la justice, de la paix et de la miséricorde. Ces fruits sont le résultat d'une vie enracinée dans la foi en Dieu et dans une relation d'amour avec Lui. Le fruit principal de cette vigne, comme Jésus l'a enseigné dans d'autres passages de l'Évangile, est l'amour. L'amour envers Dieu et l'amour envers notre prochain.

Nous devons nous demander : Comment vivons-nous notre foi au quotidien ? Est-ce que nous produisons les fruits de l'amour, ou sommes-nous plus préoccupés par nos propres intérêts ? Sommes-nous prêts à partager ce que Dieu nous a confié avec ceux qui sont dans le besoin ?

L'Évangile d'aujourd'hui nous met en garde contre le danger de l'orgueil et de l'égocentrisme. Les vignerons de la parabole sont devenus orgueilleux et ont oublié que la vigne ne leur appartenait pas, mais qu'elle était confiée à leurs soins. De même, nous devons nous rappeler que tout ce que nous avons nous vient de Dieu, et nous sommes appelés à être de bons gestionnaires de ses dons.

Rappelons-nous que nous sommes les vignerons de la vigne du Seigneur. Dieu nous a confié cette terre, nos talents, notre temps et notre amour. Cherchons à produire les fruits de l'amour, de la justice et de la miséricorde, et à les partager généreusement avec notre prochain. Demandons au Seigneur de nous aider à être de fidèles vignerons de sa vigne, afin que lorsque le propriétaire reviendra, il trouve en nous une récolte abondante et fruitée.


Homélie XXVI° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXVI Dimanche ordinaire A

Comme souvent, Jésus, ici encore, donne son enseignement en racontant une parabole. Celle d’aujourd’hui est très courte et simple. Elle met en scène deux fils qui répondent de façon différente à leur père qui leur demande d’aller travailler à sa vigne.

Dans l'Évangile, Jésus nous parle de la parabole des deux fils. Il nous raconte l'histoire d'un père qui demande à ses deux fils d'aller travailler dans la vigne. Le premier fils refuse initialement, mais finit par obéir et aller travailler. Le deuxième fils, au contraire, promet d'aller travailler, mais ne le fait pas. Cette parabole nous invite à réfléchir sur nos propres réponses à l'appel de Dieu pour travailler a sa vigne. Est-ce que nous nous sentons invités par Jésus dans notre paroisse?

Le premier fils, malgré son refus initial, a finalement écouté la voix de son père et a fait ce qui était demandé. Il a reconnu son erreur et a changé d'avis. Cela nous rappelle que Dieu est miséricordieux et qu'il nous donne toujours une chance de revenir vers lui, même si nous avons commis des erreurs par le passé. Peut-être avons-nous aussi refusé l'appel de Dieu à un moment donné de notre vie, mais il n'est jamais trop tard pour revenir sur notre décision et répondre à cet appel.

Le deuxième fils, par contre, a dit ce que son père voulait entendre, mais il n'a pas agi en conséquence. Cela nous rappelle que les paroles vides de sens et non suivies d’action ne suffisent pas. Dieu nous appelle à la sincérité et à l'authenticité dans notre relation avec lui. Il veut que nos actions reflètent notre foi. Il ne suffit pas de dire que nous croyons en Dieu si nos actions ne le montrent jamais.

Cette parabole nous rappelle que Dieu est un Père aimant qui nous donne la liberté de choisir. Il ne nous force pas à le suivre, mais il nous invite à le faire par amour. C'est à nous de décider si nous voulons répondre à son appel ou non. Mais nous devons nous rappeler que nos actions ont des conséquences, que nos choix ont un impact sur notre vie spirituelle et sur notre relation avec Dieu. La véritable conversion ne se réalise pas par des paroles uniquement, mais par des actes. Jésus dira un jour : « Ce n’est pas en me disant : ‘Seigneur, Seigneur !’ qu’on entrera dans le Royaume des cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.». C’est ce que font ces publicains et ces courtisanes convertis par la parole de Jésus.

Cette Eucharistie que nous célébrons ensemble nous met en action pour entrer peu à peu dans la volonté de Dieu sur nous et sur le monde. Nous sommes soutenus dans cette démarche par la certitude de la présence réelle de Jésus dans le Saint-Sacrement.

En ce dimanche, demandons à Dieu la grâce de la sincérité et de l'obéissance. Demandons-lui de nous aider à être comme le premier fils, prêts à reconnaître nos erreurs et à changer d'avis lorsque nous nous éloignons de sa volonté. Demandons-lui aussi la grâce de ne pas seulement dire les mots que nous pensons qu'il veut entendre, mais de vivre notre foi authentiquement à travers nos actions. Dieu nous attend toujours les bras ouverts, prêt à nous accueillir quand nous choisissons de revenir vers lui. Amen.

 


Homélie XXV° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXV Dimanche ordinaire A

Nous célébrons le 25ème dimanche ordinaire de l'année liturgique. Dans l'Évangile de ce jour, Jésus nous parle de la générosité et de la justice du Royaume de Dieu. Il nous invite à réfléchir sur notre propre attitude envers les autres et à chercher à vivre selon les valeurs du Royaume.

L'Évangile nous présente la parabole des ouvriers de la vigne. Un propriétaire de vigne embauche des ouvriers à différentes heures de la journée, mais il leur paie tous le même salaire à la fin de la journée. Certains ouvriers se plaignent de ce qu'ils considèrent comme une injustice, mais le propriétaire leur rappelle qu'ils ont reçu ce qui avait été convenu.

Alors pourquoi le maître n’agit-il pas selon la justice en donnant un salaire en proportion du temps de travail qui a été fourni ? La raison qui est donnée par Jésus, c’est que le maître agit par pure bonté. Le comportement du maître n’est pas le résultat d’une injustice, mais simplement l’effet de sa bonté. « Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier? Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi, je suis bon? »

Cette parabole nous rappelle la nature de la justice et de la générosité de Dieu. Dieu ne nous traite pas selon nos mérites, mais il nous accorde sa grâce gratuitement. Il ne tient pas compte du temps que nous avons passé à le servir, mais il nous accorde son amour infini. Cela peut nous sembler déconcertant parfois, car nous sommes habitués à penser en termes de mérite, mais la grâce de Dieu défie nos normes humaines.

Jésus nous dit aujourd’hui que tous et toutes ont leur place dans son Royaume, les derniers comme les premiers arrivés. C’est avec humilité que les premiers arrivés doivent regarder ceux et celles nouvellement arrivés. Il n’y a pas de préséance, de places réservées, de récompenses diverses. Quelle beauté dans cette égalité de tous et toutes devant Dieu.

La parabole des ouvriers de la vigne nous invite à réfléchir sur notre propre attitude envers les autres. Sommes-nous prêts à être généreux avec nos talents, notre temps et nos ressources, même envers ceux qui, selon notre jugement, ne le méritent pas ? Jésus nous appelle à la compassion, à l'amour désintéressé envers les autres, à l'image de la générosité du Royaume de Dieu.

Chers frères et sœurs, méditons sur la parabole des ouvriers de la vigne et sur l'appel à la générosité et à la compassion. La paroisse a besoin de vos services en faveur de vos frères et aujourd'hui Jésus vous invite à travailler dans sa vigne, le salaire est toujours le même, la vie éternelle. Demandons à Dieu la grâce de vivre selon les valeurs de son Royaume, de ne pas juger les autres selon nos critères humains, mais de les aimer comme Dieu nous aime. Puissions-nous être des témoins de sa générosité dans le monde, en apportant la lumière de l'amour de Dieu à tous ceux que nous rencontrons. Amen.


Homélie XXIV° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXIV Dimanche ordinaire A

Aujourd'hui, nous nous rassemblons pour réfléchir sur la parabole que Jésus nous a donnée dans l'Évangile. Cette parabole est une invitation à méditer sur la miséricorde de Dieu et sur notre propre attitude envers ceux qui sont dans le besoin. Jésus nous parle de la réconciliation et de la miséricorde divine. C'est un rappel puissant de l'amour inconditionnel de Dieu pour chacun de nous, et de notre appel à vivre la même miséricorde dans nos vies.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus nous raconte l'histoire d'un serviteur qui doit une immense dette à son maître. La dette est si grande qu'il est impossible de la rembourser. Le serviteur implore la miséricorde de son maître, et le maître, touché par sa supplication, décide de lui remettre complètement sa dette. C'est un acte de grâce et de miséricorde qui dépasse tout entendement.

Cependant, ce serviteur gracié ne montre pas la même miséricorde envers un de ses compagnons qui lui doit une somme bien moindre. Au lieu de lui remettre cette petite dette, il se montre impitoyable et jette son compagnon en prison. Quand le maître apprend cela, il est en colère et condamne le serviteur impitoyable à une punition sévère.

Cette parabole de Jésus nous rappelle la miséricorde incommensurable de Dieu envers nous. Nous sommes tous, d'une manière ou d'une autre, endettés envers Dieu en raison de nos péchés. Notre dette spirituelle est immense, mais Dieu, dans sa bonté infinie, nous offre le pardon et la réconciliation. Il ne nous traite pas selon nos péchés, mais il nous accueille avec amour lorsque nous revenons à lui avec un cœur contrit.

Nous sommes tous pécheurs, et nous avons tous besoin de la miséricorde de Dieu. Cependant, il est facile d'oublier cette réalité et de juger sévèrement ceux qui ont péché contre nous. Le pardon est un acte difficile, mais c'est un acte nécessaire pour vivre en harmonie avec nos frères et sœurs et pour refléter l'amour de Dieu dans nos vies.

En ce dimanche, faisons mémoire de l'immense pardon que Dieu nous a accordé et engageons-nous à pardonner à ceux qui nous ont offensés. Que notre attitude envers les autres soit empreinte de miséricorde, de compassion et d'amour, à l'image de la miséricorde divine. Demandons à Dieu la grâce de vivre selon sa volonté, en pardonnant comme nous avons été pardonnés.

Ma principale responsabilité en tant que curé de la paroisse est d'assurer la protection et le respect de la Sainte Eucharistie, c'est pourquoi, en raison d'une situation survenue dimanche dernier, je tiens à vous rappeler que la manière la plus digne de communier est de la recevoir à la bouche. Cependant, si vous choisissez de communier dans la main, veuillez le faire face au ministre de la communion. En aucun cas, il n'est permis d'emporter la communion pour la recevoir ailleurs.

Que cette Eucharistie nous fortifie dans notre résolution à vivre la miséricorde et le pardon, et qu'elle nous aide à grandir dans notre relation avec Dieu et nos frères et sœurs. Amen.


Homélie XXIII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXIII Dimanche ordinaire A

En ce dimanche, les lectures nous appellent à la réflexion sur la question de la communauté, de la réconciliation et de la fraternité. Comment vivons-nous en tant que membres de la grande famille chrétienne? Comment gérons-nous les conflits et les différences qui peuvent surgir au sein de cette famille?

L'Évangile d'aujourd'hui, tiré de l'Évangile de Matthieu, nous offre des enseignements précieux de Jésus sur la correction fraternelle et la réconciliation. Jésus nous invite à réfléchir à la manière dont nous devons aborder les situations de conflit au sein de la communauté chrétienne.

Tout d'abord, Jésus nous dit que si notre frère ou notre sœur a péché contre nous, nous devons aller le voir en privé pour lui en parler. Cette approche de la correction fraternelle met en avant la discrétion, la douceur et la recherche de la réconciliation. Au lieu de nourrir des ressentiments ou de la colère, Jésus nous encourage à aborder nos frères et sœurs dans un esprit de charité.

Si la réconciliation ne peut pas être atteinte à ce stade, Jésus nous demande d'impliquer quelques témoins, afin que la vérité puisse être établie et que le pécheur puisse être aidé à se convertir. Le but ultime est la guérison des relations et la restauration de l'unité dans la communauté chrétienne.

Mais Jésus va encore plus loin en nous disant que si la personne persiste dans le péché, nous devons en informer l'Église. Cela montre l'importance de la communauté chrétienne dans le processus de correction fraternelle. L'Église est un lieu où la vérité, la justice et la miséricorde doivent régner, où nous devons travailler ensemble pour aider nos frères et sœurs à se réconcilier avec Dieu et avec la communauté.

Le passage se termine par une promesse extraordinaire de Jésus: "En vérité, je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié au ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié au ciel." Cela nous rappelle la puissance de la réconciliation et de l'amour dans la communauté chrétienne. Lorsque nous travaillons ensemble pour restaurer la paix et l'unité, nous reflétons le cœur même de l'Évangile.

Cette promesse de Jésus nous permet de réfléchir et de revenir sur nos façons de faire. Est-ce que dans les mouvements, les associations catholiques dont nous faisons partie, dans les équipes de pastorale, nous pensons à prier ensemble? Est-ce que le mari et la femme prient quelque instants ensemble? Est-ce qu’avec les jeunes enfants, au lieu de les écouter seulement, on prie avec eux ?

En tout cas, Jésus ici nous dit qu’il ne faut pas avoir peur de se mettre ensemble pour prier, même plus, il nous dit qu’il y a une force spéciale parce qu’il est au milieu de la communauté, au milieu des personnes qui prient ensemble.

En ce dimanche, prenons le temps de réfléchir à nos relations avec nos frères et sœurs en Christ. Sommes-nous prêts à pratiquer la correction fraternelle avec douceur et amour ? Sommes-nous disposés à travailler pour la réconciliation et l'unité dans notre Église et notre communauté ? Demandons au Seigneur de nous guider dans ces efforts et de nous donner la grâce de la paix et de la réconciliation. Amen.


Homélie XXII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XXII Dimanche ordinaire A

L'Évangile d’aujourd’hui nous propose des enseignements profonds sur le sens du disciple et de la croix. Jésus annonce pour la première fois sa passion, sa mort et sa résurrection à ses disciples. Cela a certainement été un moment difficile à comprendre pour eux. Le message de Jésus peut être déconcertant. Pierre, réagissant à l'annonce de la souffrance de Jésus, essaie de l'en dissuader. Mais Jésus leur explique que sa mission exige de lui de souffrir et de mourir, avant de ressusciter. Jésus reprend Pierre en disant: "Arrière, Satan! Tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes."

C'est un moment crucial dans le ministère de Jésus, où il expose clairement la mission qui l'attend. Et il ne s'agit pas seulement de son propre destin, mais aussi de ce qu'il attend de ses disciples. Ce passage nous rappelle un enseignement fondamental : être disciple de Jésus ne signifie pas seulement le suivre lorsqu'il enseigne les foules et accomplit des miracles, mais aussi embrasser la croix avec lui. Jésus nous montre que le chemin du disciple n'est pas toujours facile, et il est souvent empreint de sacrifice et de renoncement.

Le message de l'évangile d'aujourd'hui est un appel à la conversion, à un changement intérieur profond. C'est un appel à quitter nos zones de confort spirituelles et à embrasser la voie de la croix. Prendre sa croix signifie accepter les défis, les épreuves et les difficultés qui peuvent surgir dans nos vies. Cela signifie parfois renoncer à nos propres désirs et ambitions pour suivre la volonté de Dieu. Ce n'est pas un appel à la souffrance pour la souffrance, mais plutôt un appel à la fidélité, à la persévérance et à la confiance en Dieu, même lorsque les temps sont durs.

La croix que Jésus nous demande de porter est une croix d'amour et de service. Elle est le symbole de notre engagement envers Dieu et envers nos frères et sœurs. En portant notre croix avec foi et détermination, nous nous unissons à la croix salvifique de Jésus, et nous devenons des témoins vivants de sa résurrection. C’est précisément en acceptant la croix, en embrassant les défis et en renonçant à nos préoccupations égoïstes que nous grandissons spirituellement.

Mais il y a aussi une promesse dans cet Évangile. Jésus dit : "Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera." Perdre sa vie à cause de Jésus signifie la donner librement, sans réserve, pour le bien des autres et pour la gloire de Dieu. C'est à travers ce don de soi que nous trouvons la véritable vie, une vie qui transcende les limites de ce monde et s'ouvre aux promesses éternelles de Dieu.

En suivant Jésus sur le chemin de la croix, nous trouvons la vie véritable et la joie authentique. La résurrection de Jésus après sa mort nous montre que la souffrance et la mort ne sont pas la fin de l'histoire, mais plutôt un passage vers une vie nouvelle et éternelle. En renonçant à nous-mêmes, en prenant notre croix et en suivant Jésus, nous découvrons la plénitude de ce que Dieu a préparé pour nous.

Contemplons la croix de Jésus avec un regard nouveau. Demandons-lui la grâce d'accepter nos croix personnelles et de les porter avec courage et confiance. Demandons-lui aussi la force de choisir la voie du renoncement et du service, afin de trouver la vie véritable en lui. Puissions-nous avoir le courage de renoncer à nos intérêts égoïstes et de vivre selon les enseignements de Jésus, afin de trouver la vraie vie en lui.


Homélie XVII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XVII Dimanche ordinaire A

Aujourd’hui les Saintes Écritures nous invitent à méditer sur la valeur inestimable du Royaume des Cieux et sur le trésor précieux qui se cache au cœur de notre existence. L'évangile du jour nous présente deux courtes paraboles de Jésus: celle du trésor caché dans un champ et celle de la perle de grande valeur. Dans la première parabole, Jésus compare le Royaume des Cieux à un trésor enfoui dans un champ, que quelqu'un découvre par hasard. Rempli de joie et de reconnaissance, il vend tout ce qu'il possède pour acheter ce champ, car il a compris que le trésor en vaut la peine.

Dans la seconde parabole, Jésus raconte l'histoire d'un marchand de perles fines à la recherche de la perle de grande valeur. Quand il la trouve enfin, il sacrifie tout ce qu'il a pour l'acquérir, car il sait qu'elle est unique et qu'elle comble ses désirs les plus profonds.

Ces deux paraboles nous enseignent une leçon précieuse : le Royaume des Cieux est un trésor inestimable, une perle rare que nous devons chercher avec ardeur, en abandonnant tout le reste pour l'obtenir. Ce Royaume ne s'achète pas avec de l'argent, mais il requiert de nous un véritable détachement et une totale adhésion à la volonté de Dieu.

Il est essentiel de comprendre que ce trésor est déjà présent parmi nous, à portée de main. Dieu nous invite à le découvrir dans notre vie quotidienne, dans les moments de joie comme dans les épreuves, dans les rencontres comme dans la solitude. Il se révèle à nous lorsque nous ouvrons notre cœur à son amour infini et que nous nous laissons guider par sa sagesse. Cette quête du royaume des cieux et de la sagesse divine ne signifie pas que nous devons nous retirer du monde ou abandonner nos responsabilités. Au contraire, cela signifie que nous devons chercher à vivre avec une vision plus profonde et une conscience renouvelée de la présence de Dieu dans notre vie quotidienne.

La première lecture du Livre des Rois nous raconte l'histoire du roi Salomon qui a été béni par Dieu avec une sagesse extraordinaire. Au lieu de demander richesse ou gloire, Salomon a demandé à Dieu un cœur sage pour gouverner son peuple avec discernement. Parfois, nous sommes tentés de chercher notre bonheur et notre satisfaction dans les biens matériels, les plaisirs éphémères ou les réussites extérieures. Mais tout cela est passager et ne peut véritablement combler notre cœur. Seul Dieu peut nous apporter une paix profonde et durable, une joie qui ne dépend pas des circonstances extérieures.

En ce dimanche, puissions-nous nous tourner vers le Seigneur, avec un cœur sincère et désireux de le trouver. Demandons-lui la grâce de découvrir le trésor du Royaume des Cieux, caché au plus profond de nous-mêmes, et d'être prêts à tout abandonner pour le posséder.

Que la Parole de Dieu nous encourage à rechercher avant tout le Royaume des Cieux, à le chérir comme le bien le plus précieux, et à suivre avec confiance le chemin qu'il nous trace. Que notre vie devienne ainsi une perpétuelle quête du trésor divin, une aventure spirituelle où nous grandirons dans l'amour, la sagesse et la sainteté. Prions pour que le Seigneur nous donne le courage de choisir la vraie richesse, celle qui transforme nos vies et nous comble de son amour infini.


Homélie XIV° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XIV Dimanche ordinaire A

Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous invite à trouver le repos en Jésus-Christ et à répondre à son appel à porter son joug léger. Dans l'Évangile, Jésus nous dit : "Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos". Ces paroles résonnent profondément en nous, car nous sommes tous confrontés aux défis et aux soucis de la vie quotidienne.

Nous vivons dans une société qui valorise souvent la performance, la réussite et l'activisme constant. Il est facile de se laisser entraîner par le tourbillon de nos responsabilités et de nos préoccupations, de se sentir épuisé et écrasé par le poids des attentes et des pressions. La vie moderne peut être trépidante et exigeante, remplie de défis, de soucis et de responsabilités. Parfois, nous nous sentons épuisés, dépassés, ou nous pouvons être tentés de chercher le bonheur dans des plaisirs éphémères et des divertissements qui ne satisfont pas vraiment notre âme.

Mais Jésus nous invite à déposer nos fardeaux à ses pieds. Il nous offre un repos véritable, un repos qui ne peut être trouvé nulle part ailleurs. C'est un repos qui va au-delà du simple repos physique, c'est un repos de l'âme.

Pour trouver ce repos, Jésus nous demande de prendre son joug et de nous laisser enseigner par lui. Le joug de Jésus symbolise notre union avec lui, notre soumission à sa volonté et notre collaboration avec lui dans son œuvre. Le joug de Jésus est différent de tout autre joug. Il n'est pas lourd et oppressant, mais léger et libérateur. En nous unissant à lui, en suivant ses enseignements et en vivant selon ses commandements, nous trouvons la véritable liberté et la paix intérieure. Il nous enseigne l'humilité, la compassion et l'amour, et il nous montre le chemin vers une vie remplie de sens et de plénitude.

Alors, comment pouvons-nous répondre à l'appel de Jésus et trouver le repos en lui? Tout d'abord, nous devons reconnaître nos limites et notre besoin de Dieu. Nous devons lui faire confiance et lui remettre nos soucis et nos préoccupations. Nous devons chercher son visage dans la prière, dans la méditation de sa Parole et dans les sacrements.

Ensuite, nous devons prendre du temps pour nous reposer en sa présence. La vie chrétienne ne consiste pas seulement en des actions extérieures, mais aussi en une relation intime avec Jésus. Nous devons prendre des moments de silence et de solitude pour écouter sa voix, pour nous ressourcer en lui et pour permettre à notre âme de trouver la paix.

En ce quatorzième dimanche ordinaire, laissons Jésus nous inviter à trouver le repos en lui. Renonçons à notre recherche frénétique de satisfaction et de bonheur dans les choses du monde, et ouvrons-nous à sa grâce et à sa présence aimante.

Que Jésus, doux et humble de cœur, nous guide sur le chemin du repos véritable et de la paix intérieure. Qu'il nous donne la grâce de prendre son joug et d'apprendre de lui. Et que sa présence nous donne la force d'affronter les défis de la vie avec confiance et espérance. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.


Homélie XIII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XIII Dimanche ordinaire A

Aujourd’hui la Parole de Dieu nous invite à réfléchir sur l'appel de Jésus à la vraie liberté et à la mission qui nous est confiée en tant que disciples. Le passage de l'Évangile nous présente Jésus disant à ses disciples: Celui qui aime sa famille plus que moi n'est pas digne de moi. Ces paroles peuvent sembler dures, mais elles nous rappellent l'importance de placer Dieu au centre de notre vie.

La vraie liberté réside dans le fait de choisir de suivre Jésus et de vivre selon ses enseignements. Cela ne signifie pas que nous devons négliger nos relations familiales ou nos responsabilités, mais plutôt que notre amour pour Dieu doit être la priorité absolue dans nos vies. En aimant Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force, nous découvrons la plénitude de la vie en lui.

Être disciple de Jésus implique également de porter notre croix. Jésus dit à ses disciples : "Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n'est pas digne de moi". La croix représente les défis, les renoncements et les sacrifices auxquels nous sommes confrontés en tant que chrétiens. Cela peut signifier renoncer à nos désirs, pardonner à ceux qui nous ont fait du mal, ou même affronter des persécutions pour notre foi. Le chemin du disciple n'est pas toujours facile, mais il est profondément gratifiant. Jésus nous promet que celui qui perd sa vie pour lui la trouvera. En renonçant à nos attachements égoïstes, en prenant notre croix chaque jour et en suivant Jésus, nous découvrons la plénitude de la vie en Dieu.

Mais Jésus nous assure que notre engagement envers lui ne restera pas sans récompense. Il dit: "Celui qui vous accueille m'accueille, et celui qui m'accueille accueille celui qui m'a envoyé". En servant Jésus et en portant notre croix avec foi, nous devenons ses témoins dans le monde, porteurs de sa lumière et de son amour. Et lorsque nous accueillons les autres avec bienveillance et compassion, nous accueillons Jésus lui-même. L'amour de Dieu nous permet de vivre en harmonie avec les autres et de remplir nos devoirs envers notre famille et notre communauté.

Réfléchissons à l'appel de Jésus à la vraie liberté et à la mission qui nous est confiée en tant que disciples. Etre disciple exige de nous de faire des choix parfois difíciles, nous sommes confrontés à des situations où suivre Jésus peut entraîner des tensions familiales, des conflits ou des rejets. Mais Jésus nous demande d'aimer et de suivre Dieu avant toute autre relation. Il nous invite à placer notre confiance en lui et à être prêts à renoncer à tout ce qui pourrait nous éloigner de lui.

La liberté chrétienne consiste à ne pas être esclave des attachements et des idoles de ce monde. Il est facile de se laisser entraîner par la recherche du pouvoir, de la richesse ou des plaisirs éphémères. Mais Jésus nous rappelle que ces choses ne peuvent pas combler notre soif spirituelle. Seul Dieu peut nous donner la véritable liberté et la joie durable. Seul Dieu peut combler le vide existentiel que beaucoup ont en eux-mêmes, en raison du manque de sens dans leurs vies. La vraie liberté se trouve dans le fait d'être esclave du Seigneur et je décide chaque jour de vivre dans la seigneurie du Christ.

Demandons-lui la grâce de placer Dieu au centre de notre vie et d'aimer notre prochain comme nous-mêmes. Que notre amour pour Jésus soit si grand qu'il illumine notre relation avec nos proches et guide nos actions dans le monde.

Prions pour obtenir la force et la persévérance nécessaires pour porter notre croix et suivre Jésus chaque jour. Demandons-lui de nous aider à vivre en vrais disciples, en choisissant l'amour, la justice et la vérité, même lorsque cela semble difficile. Que Dieu, qui nous appelle à la vraie liberté en lui, nous bénisse et nous guide dans notre chemin de disciples. Amen.


Homélie XII° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XII Dimanche ordinaire A

L’évangile d’aujourd’hui regroupe des conseils que Jésus a donnés en diverses occasions. On pourrait leur donner comme thème les mots « Soyez sans crainte. » Ces mots nous invitent tout d’abord à regarder avec confiance ce qui est en nous. En ce douzième dimanche ordinaire, la Parole de Dieu nous invite à réfléchir sur la valeur inestimable de notre vie et sur l'appel que nous avons reçu à la suivre fidèlement.

Le passage de l'Évangile d'aujourd'hui nous présente les paroles de Jésus à ses disciples : "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps en enfer". Jésus nous met en garde contre les peurs et les menaces de ce monde, et il nous rappelle que notre vie a une valeur éternelle.

Dans notre société moderne, nous sommes souvent confrontés à de nombreuses sources de peur et d'anxiété. Que ce soit la pression sociale, les problèmes financiers, les maladies ou les conflits, il est facile de se laisser submerger par la crainte. Mais Jésus nous dit de ne pas craindre ceux qui peuvent nuire à notre corps, car notre véritable sécurité réside dans la protection et l'amour de Dieu.

Nous sommes précieux aux yeux de Dieu, car nous sommes créés à son image et à sa ressemblance. Il nous a formés avec soin et amour, et il connaît chaque aspect de notre être. Même les cheveux de notre tête sont tous comptés. Nous ne sommes pas de simples créatures passagères, mais des êtres dotés d'une âme immortelle, appelés à vivre en communion avec Dieu pour l'éternité.

Cependant, cela ne signifie pas que notre vie sur cette terre est sans valeur. Au contraire, Dieu nous appelle à vivre pleinement, à utiliser nos talents et nos dons pour le bien de notre prochain et pour sa gloire. Il nous demande d'être ses témoins dans le monde, de répandre l'amour et la compassion, de défendre la justice et la vérité.

Il peut être tentant de se laisser influencer par les valeurs du monde et de compromettre notre foi pour éviter les persécutions ou les difficultés. Mais Jésus nous rappelle que rien n'est plus précieux que notre relation avec Dieu. Il nous invite à prendre notre croix et à le suivre, à témoigner de notre foi avec courage et persévérance, même dans les moments les plus difficiles.

En ce douzième dimanche ordinaire, prenons un moment pour réfléchir à la valeur de notre vie aux yeux de Dieu. Que cette réflexion nous encourage à vivre avec confiance et à répondre à l'appel de Jésus avec générosité. Demandons-lui la force et la grâce nécessaires pour surmonter nos peurs et nos faiblesses, afin de marcher avec lui sur le chemin de la vie éternelle. Que Dieu, qui nous a créés et nous aime infiniment, nous bénisse et nous guide tout au long de notre chemin. Amen.


Homélie XI° ordinaire AAuteur : Père Arturo

XI Dimanche ordinaire A

En ce onzième dimanche du temps ordinaire, nous sommes réunis comme tous les dimanches, pour réfléchir sur la Parole de Dieu qui nous est adressée. La Parole de Dieu est un guide précieux dans notre vie quotidienne, et elle nous rappelle toujours l'amour inconditionnel de Dieu pour nous.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, nous entendons les paroles de Jésus qui nous révèle son cœur compatissant et sa mission d'amour envers les foules. Jésus voit les gens comme des brebis sans berger, errant sans direction et sans protection. Sa réaction est profondément émouvante : "Il fut saisi de compassion pour eux." Jésus ressent une profonde empathie pour ceux qui souffrent et qui sont dans le besoin.

Cette compassion de Jésus ne s'arrête pas à un simple sentiment, mais elle se transforme en action. Il appelle ses disciples et leur donne l'autorité de guérir les maladies, de chasser les esprits impurs et de proclamer la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Jésus leur donne une mission spécifique : "Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement." Il les envoie pour répandre sa compassion et son amour parmi les gens.

Cette mission donnée aux disciples de Jésus s'applique également à nous aujourd'hui. En tant que membres de la communauté chrétienne, nous sommes appelés à être les témoins de la compassion de Jésus dans notre monde. Nous sommes appelés à être des porteurs de guérison, de réconfort et d'espérance pour ceux qui sont dans le besoin.

 

La compassion de Jésus ne connaît pas de limites. Il ne fait pas de distinction entre les riches et les pauvres, les puissants et les faibles, les saints et les pécheurs. Il nous invite à suivre son exemple et à nous ouvrir aux besoins des autres, sans préjugés ni jugements.

 

Il est facile de se sentir dépassé par les souffrances et les besoins qui nous entourent. Nous pouvons penser que nos efforts individuels ne feront pas une grande différence. Mais rappelons-nous que Jésus a commencé avec seulement douze disciples qui ont changé le monde. Chaque acte de compassion, aussi petit soit-il, peut avoir un impact significatif sur la vie d'une personne.

En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à sortir de notre zone de confort, à nous tourner vers les autres et à répondre à leurs besoins avec amour. Cela peut se faire à travers de simples gestes d'amour et d'attention envers nos proches, nos voisins et les étrangers que nous rencontrons.

La mission que Jésus nous confie n'est pas une tâche facile, mais nous ne sommes pas seuls. Comme les disciples, nous sommes envoyés avec l'autorité et la grâce de Dieu. Il nous accompagne, nous fortifie et nous guide dans notre cheminement de compassion. Nous sommes tous missionnaires et la France est une terre de mission. Comment remplissons-nous notre mission ?

En cette journée, renouvelons notre engagement à être des témoins de la compassion de Jésus dans le monde. Demandons à Dieu de nous donner des cœurs compatissants, des yeux attentifs aux besoins des autres et des mains prêtes à servir. Que l'Esprit de Dieu nous inspire et nous guide alors que nous répondons à l'appel de Jésus, appel à aimer et à servir les autres. Puissions-nous devenir des instruments de guérison et d'amour dans notre monde, en répandant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.


Homélie Saint Sacrement AAuteur : Père Arturo

Corps et Sang du Christ A

Aujourd'hui, nous nous réunissons pour célébrer la solennité du Saint-Sacrement, la fête du Corps et du Sang de notre Seigneur Jésus-Christ, communément appelée la Fête-Dieu. Cette journée est une occasion spéciale pour faire mémoire et renouveler notre foi en la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie.

L'Eucharistie est au cœur de notre foi catholique. C'est le don le plus précieux que Jésus nous a laissé, car il se donne lui-même à nous sous les apparences du pain et du vin. Il se donne comme nourriture pour nos âmes, pour nous fortifier dans notre marche vers le Royaume des cieux.

En ce jour de la Fête-Dieu, nous sommes invités à méditer sur le grand mystère de l'amour de Dieu manifesté dans l'Eucharistie. Jésus, par sa présence réelle dans le pain consacré, se fait proche de nous, il s'unit à nous de manière intime. Il veut entrer dans nos vies, dans nos cœurs, pour nous transformer et nous rendre capables d'aimer comme lui.

Lors de la dernière Cène, Jésus a pris du pain et du vin, les a bénis, les a rompus et les a donnés à ses disciples en disant : "Prenez et mangez-en tous, ceci est mon corps donné pour vous. Prenez et buvez-en tous, ceci est mon sang versé pour vous". Par ces paroles, Jésus nous invite à participer à son sacrifice salvateur, à entrer dans une profonde communion avec lui.

Lorsque nous recevons l'Eucharistie, nous devenons membres du corps du Christ, unis à tous les fidèles qui le reçoivent. Cette communion avec le Christ nous transforme, nous purifie de nos péchés et nous rend capables de vivre dans l'amour. C'est pourquoi l'Eucharistie est le sacrement de l'unité, de la réconciliation et de la fraternité.

En célébrant la Fête-Dieu aujourd'hui, nous sommes également appelés à manifester notre amour pour Jésus présent dans l'Eucharistie. Nous faisons mémoire de la première procession eucharistique, lorsque Jésus a été porté solennellement dans les rues de Jérusalem. Aujourd'hui, nous aussi, nous sortons de nos églises, portant fièrement le Saint-Sacrement dans nos rues, témoignant publiquement de notre foi et de notre adoration.

Que cette fête du Saint-Sacrement soit pour nous tous une occasion de renouveler notre engagement envers Jésus, de nous ouvrir à sa présence réelle et de devenir des témoins vivants de son amour dans le monde. Puissions-nous être des disciples fervents, toujours reconnaissants pour ce don extraordinaire qu'est l'Eucharistie.

Que le Corps et le Sang de notre Seigneur Jésus-Christ nous nourrissent et nous fortifient dans notre vie de foi. Que cette célébration de la Fête-Dieu renouvelle notre amour pour l'Eucharistie et nous aide à vivre chaque jour en communion avec notre Seigneur. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Bonne fête du Saint-Sacrement à tous!


Homélie Trinité AAuteur : Père Arturo

Sainte Trinité A

Nous avons commencé la messe avec cette phrase par laquelle saint Paul conclut la deuxième lecture de ce dimanche : «Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous». Cette petite phrase résume toute la foi de l’Église que nous partageons et que nous redisons chaque dimanche dans le Credo. Le Dieu des chrétiens est un Dieu unique en trois personnes.

En ce dimanche de la Sainte Trinité, nous sommes appelés à méditer sur le mystère central de notre foi chrétienne : la Trinité. La doctrine de la Trinité nous enseigne que Dieu est un, mais se décline en trois personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C'est un mystère profond qui dépasse notre compréhension humaine, mais qui est au cœur de notre expérience de foi.

La Trinité est un mystère d'amour. Dans l'Évangile selon saint Jean, Jésus nous dit : "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique". C'est par amour que Dieu le Père a envoyé son Fils pour nous sauver. Jésus, le Fils, nous révèle l'amour infini du Père et accomplit son plan de salut. Et le Saint-Esprit est l'amour même qui procède du Père et du Fils, qui nous guide, nous soutient et nous transforme par sa présence en nous. De ce mystère, nous pouvons dire que le Père est l'amant, le Fils est l'aimé et que l'Esprit Saint est l'amour.

La Trinité nous invite à vivre dans l'amour. Comme nous le lisons dans la première lettre de Jean: "Dieu est amour". En contemplant le mystère de la Trinité, nous sommes invités à entrer dans cette divine communion d'amour et à la refléter dans nos vies. Nous sommes appelés à aimer Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force, et à aimer notre prochain comme nous-mêmes.

La Trinité nous rappelle également notre vocation à la communion. Le Père, le Fils et le Saint-Esprit vivent en parfaite unité et communion. De même, nous sommes appelés à vivre en communion les uns avec les autres, à former une famille de disciples unis dans l'amour et la fraternité. Nous sommes appelés à dépasser nos divisions, nos préjugés et nos différences, et à nous rassembler dans l'amour du Christ qui nous unit.

La Trinité est également un modèle de relations. Dans la Trinité, chaque personne divine est distincte mais partage une même nature divine. De même, nous sommes tous différents mais nous sommes tous créés à l'image de Dieu. La Trinité nous enseigne l'importance du respect mutuel, de l'acceptation des différences et de la reconnaissance de la dignité de chaque personne.

Enfin, la Trinité est un appel à la mission. Jésus a dit à ses disciples : "Allez, de toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit". En tant que disciples de Jésus, nous sommes appelés à témoigner de la Trinité par notre vie et à partager la bonne nouvelle de l'amour de Dieu avec le monde entier.

En ce dimanche de la Sainte Trinité, ouvrons nos cœurs à la beauté et à la profondeur de ce mystère. Demandons à Dieu de nous aider à vivre dans l'amour, à entrer dans la communion, à cultiver des relations harmonieuses et à répondre à l'appel missionnaire qui nous est confié.

Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, l'amour du Père et la communion du Saint-Esprit soient avec nous tous, maintenant et toujours. Amen.


Homélie Pentecôte AAuteur : Père Arturo

Pentecôte A

Après l’Ascension, saint Luc raconte que les Apôtres dont il donne les noms se retrouvaient dans ce qu’il appelle la Chambre Haute – que la tradition a nommé le Cénacle -, qu’ils y choisirent Matthias comme remplaçant de Judas qui avait trahi Jésus. Les Douze y demeuraient «assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus et avec ses frères».

Aujourd'hui, nous célébrons la merveilleuse fête de la Pentecôte, un moment où nous sommes invités à revivre l'événement extraordinaire de la descente du Saint-Esprit sur les apôtres. La Pentecôte est un temps de renouvellement, de renaissance et de transformation spirituelle. C'est un moment où l'Esprit de Dieu souffle sur nous, nous revêt de puissance et nous envoie dans le monde pour être témoins de l'amour et de la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ.

Dans l'Évangile de Jean, nous découvrons le récit de la première Pentecôte. Les disciples étaient rassemblés dans une chambre, craignant pour leur vie, après la crucifixion de Jésus. Mais Jésus ressuscité est apparu au milieu d'eux, leur apportant la paix et leur donnant une mission. Puis, il a soufflé sur eux et leur a dit: "Recevez le Saint-Esprit."

Ce souffle divin a marqué le début d'une nouvelle ère dans la vie des disciples. Ils ont été remplis de l'Esprit Saint, qui les a fortifiés, illuminés et poussés à sortir et à proclamer l'Évangile avec courage et confiance. Ils ont été transformés de l'intérieur, et rien ne pouvait les arrêter dans leur mission de répandre la Bonne Nouvelle.

Aujourd'hui, en célébrant la Pentecôte, nous sommes appelés à recevoir nous aussi le Saint-Esprit dans nos vies. Nous sommes invités à ouvrir nos cœurs et à permettre à l'Esprit Saint de souffler sur nous, de nous revêtir de sa puissance et de nous guider dans notre cheminement spirituel.

L'Esprit Saint est présent parmi nous, et il désire nous équiper, nous encourager et nous conduire dans la vérité. Il nous donne des dons spirituels, nous remplit de sa sagesse et nous inspire dans notre service envers Dieu et envers notre prochain.

La Pentecôte est aussi une fête de l'unité. Lorsque l'Esprit Saint est descendu sur les apôtres, ils ont été capables de parler dans différentes langues, et tous les peuples présents ont pu les comprendre. Cela nous rappelle que l'Esprit de Dieu transcende les barrières linguistiques, culturelles et sociales. Il unit les croyants, quelle que soit leur origine, dans l’amour et une profonde fraternité.

En ce jour de Pentecôte, nous sommes appelés à ouvrir nos cœurs à l'Esprit Saint, à nous laisser transformer et remplir de sa puissance. Laissons l'Esprit Saint nous guider dans notre vie quotidienne, dans nos relations, dans nos décisions et dans notre témoignage.

Que la Pentecôte de cette année soit un moment de renouveau spirituel pour chacun de nous. Puissions-nous recevoir le don du Saint-Esprit avec humilité et gratitude, et être des porteurs de sa lumière et de son amour dans un monde qui a tant besoin de la présence de Dieu. Que l'Esprit Saint nous accompagne, nous fortifie et nous guide tout au long de notre vie, et que nous puissions vivre dans la plénitude de son amour.

 


Homélie VII° Pâques AAuteur : Père Arturo

VII Dimanche Pâques A

En ce septième dimanche de Pâques, nous sommes plongés dans la période qui suit la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ. La septième semaine de Pâques clôt ce temps de joie. C'est un moment de grande joie et d'espérance, car nous contemplons le mystère de la victoire de la vie sur la mort. Aujourd'hui, nous sommes invités à réfléchir sur l'importance de l'unité et de l'amour fraternel au sein de notre communauté chrétienne.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus prie pour ses disciples, demandant à Dieu de les garder unis et de les protéger du mal. Il exprime son désir que tous ceux qui croient en lui soient unis dans l'amour, de la même manière que le Père et le Fils sont unis. Cette prière de Jésus révèle l'importance cruciale de l'unité pour les disciples de Jésus.

En tant que disciples du Christ, nous sommes appelés à vivre dans l'unité et l'amour. L'unité ne signifie pas que nous sommes tous identiques ou que nous n'avons pas de différences. Au contraire, l'unité chrétienne est une unité dans la diversité, une unité qui reconnaît et célèbre la richesse de nos dons et de nos talents individuels.

Mais cette unité ne peut être réalisée que si nous vivons dans l'amour. L'amour est le lien qui nous rassemble et nous permet de surmonter nos différences. C'est l'amour qui nous pousse à nous soutenir les uns les autres, à pardonner, à partager nos joies et nos peines, à être des instruments de réconciliation et de paix.

Cependant, vivre dans l'unité et l'amour n'est pas toujours facile. Nous sommes constamment confrontés à des divisions, des conflits et des incompréhensions. Parfois, nous nous laissons emporter par l'égoïsme, l'orgueil ou l'indifférence envers les autres. Mais Jésus nous rappelle que l'unité et l'amour sont des commandements qu'il nous donne, et il nous assure que lorsque nous les vivons, le monde reconnaîtra que nous sommes ses disciples.

En ce septième dimanche de Pâques, alors que nous nous préparons à célébrer la Pentecôte, demandons à l'Esprit Saint de nous guider sur le chemin de l'unité et de l'amour. Que nous soyons des témoins vivants de la présence du Christ dans notre communauté, dans nos familles et dans le monde. Que nos paroles et nos actions reflètent l'amour de Dieu et répandent la paix et la réconciliation là où il y a division.

Que le Seigneur nous bénisse tous et nous donne la grâce de vivre dans l'unité et l'amour, afin que nous puissions être des instruments de sa paix et de sa joie dans le monde. Amen.


Homélie Ascension AAuteur : Père Arturo

Ascension A

À chaque messe le dimanche après l’homélie nous sommes invités à faire notre profession de foi en récitant ensemble le « Je crois en Dieu ». Dans celui qu’on appelle le Symbole des Apôtres que nous utilisons dans les temps forts de l’année liturgique, nous affirmons et nous croyons que Jésus Christ est monté au ciel et qu’il est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant. C’est cela le mystère de l’Ascension que nous fêtons aujourd’hui.

Comme tous les mystères de la foi, nous n’en avons pas une intelligence totale et parfaite. Nous y croyons en nous appuyant sur la Parole de Dieu et sur celle des témoins qui nous l’ont transmise. Cette foi qui est reçue demande à chacun de chercher à la dire et à la partager avec des mots humains qui, loin de la déformer, lui donnent encore plus de relief et de beauté. Aujourd'hui, nous célébrons l'Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ, qui a été élevé dans les cieux pour siéger à la droite de Dieu le Père. Cette fête est l'une des plus importantes de l'année liturgique car elle marque la fin du ministère terrestre de Jésus et le début de l'ère de l'Église.

L'Ascension nous rappelle que nous ne sommes pas seuls dans notre vie spirituelle. Nous avons un Sauveur qui a vaincu la mort et est retourné auprès du Père pour intercéder en notre faveur. Jésus nous a montré la voie à suivre et nous a donné l'espérance d'une vie éternelle auprès de Dieu.

En cette journée de l'Ascension, nous sommes appelés à réfléchir sur notre propre ascension spirituelle. Nous sommes invités à considérer comment nous pouvons nous élever au-dessus des préoccupations terrestres et nous rapprocher de Dieu. Cela peut impliquer de prier plus souvent, de chercher la paix intérieure, d'être plus compatissant envers les autres, ou de travailler pour la justice et la paix dans le monde. Le mystère de l’Ascension nous rappelle que Jésus continue d’être présent parmi nous d’une présence nouvelle mais bien réelle et qu’ainsi il entraîne avec lui ceux et celles qui le reconnaissent comme leur Sauveur.

Mais nous devons également nous rappeler que l'ascension spirituelle n'est pas un voyage que nous entreprenons seuls. Nous sommes tous membres du corps du Christ, et nous avons besoin les uns des autres pour grandir et progresser. Nous devons nous soutenir mutuellement dans notre cheminement spirituel, et être prêts à tendre la main à ceux qui sont en difficulté.

Le Pain et le Vin que nous partageons nous permettent de vivre chaque dimanche plus près de celui qui est « assis à la droite de Dieu », lui offrant une louange incessante dans une liturgie céleste à laquelle nous nous unissons dans chaque Eucharistie. Alors, en cette journée de l'Ascension, je vous encourage à réfléchir sur votre propre ascension spirituelle. Que pouvez-vous faire pour vous rapprocher de Dieu et pour aider les autres à faire de même ? Que le Seigneur vous bénisse et vous guide sur votre chemin. Amen.


Homélie VI° Pâques AAuteur : Père Arturo

VI Dimanche de Pâques A

Jésus, avant de passer de ce monde au Père en mourant sur la croix, rassure ses disciples. Lorsqu'il ne sera plus visible pour eux, ils auront son aide continuellement, celle du Paraclet que la tradition a identifié à l'Esprit Saint, l'Esprit du Père et du Fils. «Je ne vous laisserai pas orphelins » promet Jésus à ses disciples.

En ce sixième dimanche de Pâques, nous continuons de célébrer la résurrection du Christ et la victoire de l'amour sur la mort. Dans l'évangile d'aujourd'hui, Jésus nous parle de l'amour que nous devons avoir les uns pour les autres. Cet amour dont parle Jésus n'est pas un simple sentiment, mais un choix concret que nous faisons chaque jour. C'est un amour qui se manifeste dans nos actions et nos paroles, dans notre façon de traiter les autres, surtout les plus faibles et les plus vulnérables. C'est un amour qui se donne sans rien attendre en retour, un amour inconditionnel qui se sacrifie pour le bien de l'autre.

Aujourd´hui Jésus nous dit: "Si vous m'aimez, vous garderez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu'il soit avec vous pour toujours : l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu'il demeure avec vous, et qu'il est en vous" .

Jésus nous appelle à garder ses commandements si nous l'aimons. Mais ce n'est pas une simple obéissance aveugle qu'il demande, car nous savons que l'amour véritable ne peut exister sans liberté. Au contraire, c'est notre amour pour lui qui doit nous motiver à suivre ses enseignements. Et Jésus nous promet que si nous aimons et obéissons, nous recevrons l'Esprit Saint, qui demeurera en nous pour toujours. Cependant, l'Esprit Saint ne peut habiter en nous si nous ne sommes pas disposés à l'accueillir. C'est pourquoi nous devons être ouverts à sa présence dans notre vie. Nous devons être prêts à écouter sa voix, à suivre ses inspirations, à nous laisser transformer par sa grâce.

L'Esprit Saint est le cadeau que Dieu nous donne pour nous aider à vivre notre vie chrétienne. Il est le Paraclet, le consolateur, celui qui nous soutient dans les moments difficiles, qui nous éclaire dans les choix que nous devons faire, qui nous guide sur le chemin de la vérité. Et ce n'est pas un esprit de peur, mais un esprit de puissance, d'amour et de sagesse.

Jésus nous demande d'aimer comme lui nous a aimés. Il a aimé jusqu'à donner sa vie pour nous sur la croix. C'est le modèle parfait d'amour que nous devons suivre. Nous sommes appelés à aimer avec un amour qui se donne sans réserve, qui est prêt à tout sacrifier pour le bien des autres.

Cela peut sembler difficile, mais nous pouvons être sûrs que Dieu nous donnera la force de le faire si nous le lui demandons. Après notre baptême nous avons le Saint-Esprit en nous, qui nous guide et nous soutient dans notre vie de foi. Nous pouvons prier pour que l'amour de Dieu remplisse nos cœurs et nous aide à aimer comme lui nous a aimés.

En ce temps de Pentecôte qui approche, demandons au Seigneur la grâce de l'Esprit Saint. Demandons-lui de nous donner la force d'aimer et d'obéir, la sagesse pour discerner sa volonté, le courage de témoigner de notre foi. Et soyons certains qu'il ne nous décevra pas, car il nous a promis : "Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous". Que l'Esprit Saint nous guide sur notre chemin de foi, qu'il nous donne la force et la joie de suivre Jésus, et qu'il nous conduise tous à la vie éternelle. Amen.


Homélie V° Pâques AAuteur : Père Arturo

V Dimanche de Pâques A

En ce cinquième dimanche de Pâques, l'Évangile nous invite à méditer sur les paroles de Jésus : "Je suis le chemin, la vérité et la vie". Ces paroles sont essentielles pour comprendre la nature de notre foi chrétienne et notre relation avec Dieu.

Tout d'abord, Jésus nous dit qu'il est "le chemin". Cela signifie que Jésus est la voie qui nous conduit à Dieu. Nous ne pouvons pas trouver Dieu par nos propres moyens, mais nous avons besoin de suivre Jésus pour arriver à Lui. Jésus est la seule voie qui nous permet de trouver le salut et de vivre une vie en plénitude.

Ensuite, Jésus nous dit qu'il est "la vérité". Cela signifie que Jésus est la source de toute vérité et que nous pouvons faire confiance à ses enseignements. En suivant Jésus, nous trouvons la vérité sur Dieu, sur nous-mêmes et sur le monde qui nous entoure. En vivant selon la vérité de Jésus, nous pouvons être sûrs que nous sommes sur la bonne voie.

Enfin, Jésus nous dit qu'il est "la vie". Cela signifie que Jésus est la source de toute vie et que nous avons besoin de lui pour vivre pleinement. En suivant Jésus, nous trouvons la vie éternelle et la vie en abondance ici-bas. En vivant selon les enseignements de Jésus, nous trouvons la paix, la joie et le sens de notre vie.

Nous sommes invités à suivre Jésus qui est la voie, la vérité et la vie, à vivre selon ses enseignements et à chercher à le connaître davantage. En suivant Jésus, nous trouvons le salut, la vérité et la vie éternelle.

Le message fondamental de Jésus est toujours le «Aimez-vous les uns les autres». Aujourd’hui, il nous est indiqué que pour y parvenir et le vivre pleinement, il est nécessaire de puiser les ressources dans le contact et l’union avec Dieu. Comment y arriver, me direz-vous ? Il existe bien des manières dont la plus importante est la prière. Celui ou celle qui veut aller vers les autres doit commencer par aller vers son Père. C’est là qu’il trouve Jésus qui se fait pour lui le Chemin, la Vérité et la Vie.

Les premiers chrétiens ont reçu ce message avec foi. Et l’auteur de la Première lettre de Pierre le proclame avec force lorsqu’il écrit : «Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière». Par l’action du Christ, la communauté des croyants est rassemblée et elle entre dans cette intimité que Jésus a vécue avec Dieu. Cette union à Dieu ne les sépare pas du monde et des réalités de la vie terrestre. Au contraire, elle les y insère de façon quotidienne et ouvre leurs yeux sur les besoins de tous.

Les questions de Thomas et de Philippe nous ont permis d’entendre et de recevoir avec foi une réponse qui est au coeur de notre foi : « Je suis dans le Père et le Père est en moi ». L’Eucharistie vécue et reçue chaque dimanche nous permet d'actualiser les paroles de Jésus et d’en faire notre nourriture. Que ces paroles de Jésus continuent d’être pour nous « esprit et vie » encore aujourd’hui, et que cette Eucharistie nous fasse entrer dans l’intimité que Jésus promet à ceux qui le suivent, ce que je nous souhaite à toutes et à tous.

Prions pour recevoir la grâce de suivre Jésus et la force de vivre selon ses enseignements, afin que nous puissions trouver la paix et la joie en Lui. Amen.


Homélie IV° Pâques AAuteur : Père Arturo

IV Dimanche de Pâques A

En ce quatrième dimanche de Pâques, nous sommes appelés à réfléchir sur le thème du Bon Pasteur. Nous sommes invités à contempler le Christ, qui est le Bon Pasteur, et à méditer sur le sens profond de son amour pour nous. Aujourd’hui Jésus se présente comme le bon pasteur. Et à la fin de cet enseignement, Jésus ajoute à l’image du berger et des brebis, celle de la porte. « Moi, je suis la porte des brebis ».

Je me souviens quand j'étais en mission avec les Indiens de la Sierra Tarahumara, j'ai discuté avec un berger de moutons. Nous parlions de son travail et il me parlait de chacune de ses petites brebis. Celle-ci se comporte mal, l'autre est très intelligente, celle-là est malade, l'autre a une patte en mauvais état, etc. Il les connaissait toutes parfaitement. Lorsque est venu pour moi le temps de partir, en me levant j'ai glissé et fait beaucoup de bruit. Aucune des brebis n'a bougé, mais lorsque le berger a frappé le sol avec sa canne, toutes ont levé la tête pour attendre les instructions de leur berger. Comme je n'étais pas leur berger, les brebis ne bougeaient pas, mais dès que leur berger s'est déplacé, toutes ont prêté attention. Il en va de même avec Jésus, qui est le vrai bon pasteur et qui nous protégera toujours.

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus se présente comme le berger qui connaît ses brebis et qui est prêt à donner sa vie pour elles. Il est le guide fidèle qui conduit ses brebis sur le chemin de la vie éternelle.

Le Christ est le modèle parfait de ce que doit être un bon pasteur. Il connaît chacun d'entre nous par son nom et il nous appelle à le suivre. Il veille sur nous, nous protège de tout danger, nous nourrit de sa Parole et de son Corps, et il nous conduit vers la paix et le bonheur éternel.

Mais le Christ ne se contente pas d'être notre pasteur. Il nous appelle également à être des pasteurs pour les autres. Nous sommes appelés à aimer les autres comme il nous a aimés, à prendre soin des plus faibles et des plus vulnérables parmi nous, et à leur offrir notre aide et notre soutien. Nous sommes appelés à être des témoins de l'amour de Dieu dans le monde, à répandre sa lumière et sa joie sur tous ceux que nous rencontrons.

Comme membres de l'Église, nous sommes tous appelés à participer à la mission du Christ en tant que pasteurs pour les autres. Nous devons travailler ensemble pour construire une communauté de foi forte et aimante, où tous se sentent accueillis et soutenus. Nous devons être prêts à donner de notre temps, de notre énergie et de nos talents pour aider les autres, en particulier ceux qui sont dans le besoin.

Nous avons la chance d’avoir une « PORTE » pour aller à Dieu, pour nous Jésus est cette porte. Nous pouvons être sûrs de sa présence constante dans notre vie, même lorsque nous ne la sentons pas. Laissons monter notre action de grâces pour ce don de Dieu. Au cours de cette Eucharistie, dans la foi, passons la « PORTE » et réitérons notre désir d’union à Dieu par Jésus qui est toujours vivant avec le Père et l’Esprit Saint « pour les siècles des siècles ».

En ce quatrième dimanche de Pâques, demandons au Bon Pasteur de nous guider sur le chemin de la vie éternelle. Demandons-lui de nous aider à devenir des pasteurs fidèles pour les autres, à aimer les autres comme il nous a aimés, et à travailler ensemble pour construire une communauté de foi forte et aimante. Amen.


Homélie III° Pâques AAuteur : Père Arturo

III Dimanche de Pâques A

En ce troisième dimanche de Pâques, nous avons entendu l'Évangile de Luc qui nous relate le récit des disciples d'Emmaüs. Ce récit nous invite à réfléchir sur notre propre expérience de rencontre avec Jésus ressuscité et sur notre foi en sa présence réelle dans nos vies. Les disciples d’Emmaüs sont pour nous des modèles qui peuvent nous inspirer encore aujourd’hui. Leur démarche nous montre comment faire pour rencontrer Jésus à notre tour dans nos vies.

Ce qui frappe au premier abord c’est que les disciples sont en marche vers le village d’Emmaüs. Ils devisent entre eux de ce qui s’est passé. Ils essaient de comprendre. Lorsque le visiteur inconnu s’approche d’eux, ils commencent à expliciter leur peine et leur déception. Les disciples étaient découragés et tristes après la mort de Jésus. Ils ne comprenaient pas ce qui s'était passé et étaient en train de rentrer chez eux lorsque Jésus leur est apparu. Ils ne l'ont pas reconnu au début, mais Jésus a expliqué les Écritures et a partagé un repas avec eux, leur révélant ainsi sa présence réelle.

La toute première étape de notre cheminement spirituel pour rencontrer Jésus dans notre vie consiste à nous mettre en marche nous aussi. Pour faire la rencontre de Jésus, il ne suffit pas de désirer cette rencontre. Il faut se donner la peine de revenir sur notre vie courante. Partager avec d’autres nos aspirations et nos craintes, comme le faisaient les disciples d’Emmaüs. C’est la base de tout cheminement spirituel.

Nous pouvons parfois être découragés dans notre vie de foi. Nous pouvons nous demander si Dieu est réel ou si nous sommes seuls dans ce monde. Mais Jésus nous invite à le chercher et à le trouver dans notre vie quotidienne, dans sa Parole, dans les sacrements et dans les personnes qui nous entourent.

Dans l’écoute de la Parole de Dieu guidée par Jésus lui-même, l’Esprit leur fait comprendre ce qui est arrivé. Ils entrent dans le mystère de l’Alliance de Dieu avec l’humanité. Ils reconnaissent alors que ce Jésus qu’ils ont connu est bien l’Envoyé du Père. Assis à la table pour prendre le repas, leurs yeux s’ouvrent quand ils entendent la bénédiction prononcée par leur Visiteur inconnu jusqu’alors.

À chaque messe, une rencontre particulière avec lui nous est proposée. Comme les disciples d’Emmaüs, nous apportons nos préoccupations, notre vie avec ses hauts et ses bas. Nous nous laissons enseigner par la Parole de Dieu qui est proclamée par les lectures, l’évangile et l’homélie. Puis nous refaisons les gestes du dernier repas de Jésus où dans la foi il se révèle toujours vivant pour nous et pour le monde entier. Alors, comme les disciples d'Emmaüs, nos yeux s'ouvrent... c'est la rencontre... Si nous prenons la peine de suivre le cheminement des disciples d’Emmaüs, nous dirons, nous aussi, «Reste avec nous Seigneur».

En cette période de Pâques, nous sommes appelés à renouveler notre foi et notre confiance en Jésus ressuscité. Nous sommes invités à chercher des occasions de le rencontrer et de le reconnaître dans notre vie quotidienne, à travers la prière, la méditation, la lecture de la Bible et la participation aux sacrements. Lorsque nous ouvrons notre cœur à Jésus, il vient à notre rencontre et nous révèle sa présence réelle.

Que la grâce de Dieu nous aide à reconnaître Jésus ressuscité dans notre vie et à témoigner de sa présence aux autres. Que cette rencontre avec le Christ ressuscité renouvelle notre foi et notre espérance, et nous donne la force de suivre ses enseignements et de vivre en disciples.


Homélie II° Pâques AAuteur : Père Arturo

II Dimanche de Pâques – A – Dimanche de la Divine Miséricorde

Aujourd'hui, nous célébrons le deuxième dimanche de Pâques, également appelé Dimanche de la Divine Miséricorde. Cette fête est une occasion de réfléchir à la miséricorde insondable de Dieu et de méditer sur la résurrection de Jésus Christ, qui est la preuve ultime de l'amour et de la miséricorde de Dieu pour nous.

Le thème central de ce dimanche est la miséricorde. La miséricorde est l'amour de Dieu qui console, qui pardonne et qui donne l’espérance. Un amour qui nous est donné sans condition. Dieu nous aime tellement qu'il nous pardonne toujours, même lorsque nous ne le méritons pas, on peut dire qu’il nous aime d’un amour excessif. Il nous donne une nouvelle opportunité, encore et encore. C'est pourquoi Jésus a dit à Sainte Faustine Kowalska: "La miséricorde est le plus grand des attributs divins".

Dans l'évangile d'aujourd'hui, nous entendons l'histoire de Thomas, qui a du mal à croire que Jésus est ressuscité des morts. Il dit : "Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, je ne croirai pas". Cependant, Jésus apparaît à Thomas et lui montre ses blessures. Thomas répond alors : "Mon Seigneur et mon Dieu !" Cette rencontre de Thomas avec Jésus nous montre que la foi n'est pas toujours facile. Nous pouvons avoir des doutes et des questions, mais si nous sommes ouverts à l'action de Dieu dans nos vies, nous pouvons faire l'expérience de la miséricorde de Dieu. Comme Thomas, nous pouvons reconnaître que Jésus est notre Seigneur et notre Dieu.

Nous sommes tous pécheurs, nous avons tous besoin de la miséricorde de Dieu. La miséricorde est l'antidote à l'orgueil et à l'égoïsme. Lorsque nous recevons la miséricorde de Dieu, nous sommes remplis de gratitude et de reconnaissance. Cela nous amène à être plus humbles, plus aimables et plus généreux envers les autres.

Cependant, pour recevoir la miséricorde de Dieu, nous devons être disposés à la recevoir. Nous devons reconnaître notre péché, demander pardon et être prêts à changer notre vie. Nous ne pouvons pas recevoir la miséricorde de Dieu si nous ne sommes pas prêts à nous repentir et à changer notre comportement.

En ce deuxième dimanche de Pâques, je vous invite à réfléchir à la miséricorde de Dieu et à l'importance de la recevoir et de la donner. Essayons de pardonner à ceux qui nous ont offensés, de nous réconcilier avec ceux avec qui nous avons des différends et d'être plus aimables et plus généreux envers les autres. En faisant cela, nous imitons la miséricorde de Dieu et nous devenons des canaux de sa miséricorde pour le monde. Demandons la grâce de pardonner à ceux qui nous ont blessés et d'être des instruments de sa miséricorde pour les autres.

Bref, Dieu est miséricordieux. Il est prêt à nous pardonner et à nous donner une nouvelle chance, quelle que soit la gravité de nos péchés. Tout ce que nous avons à faire, c'est de nous repentir et de demander pardon. Dieu répondra à notre prière et nous accordera sa miséricorde. Cela ne signifie pas que nous ne devons pas prendre notre péché au sérieux. Au contraire, nous devons être conscients de nos fautes et chercher à nous améliorer chaque jour.

Que la miséricorde de Dieu soit avec nous tous aujourd'hui et toujours. Amen.